Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Cacahouete
  • : Pour tous les amoureux de Jésus; pour tous ceux qui ont la foi; pour tous ceux qui croient en la vie éternelle; pour tous ceux qui attendent le retour de Jésus; pour tous ceux qui louent, adorent et prient Dieu; pour tous ceux qui aiment écrire.
  • Contact

Mes amis et mes proches

H-lo-se-21-mois-vend-e.jpg Cacahouète

C-leste-2.jpg  Céleste
Oscar-2.jpg Oscar
PAPA-ET-MAMAN.jpg Mamie-si et Papy-ri 
P1010011-copie-1.jpg Uriane
 Mamie et Papou
WILY-ET-VERO.jpg Wily et Véro
MARTINE--.jpg Martine
AURORE.jpg Aurore
 Maryvonne et Joselin
P1010131.jpg Evelyne et Claude
PHILIPPE-ET-CHRISTELLE.jpg Christelle et Philippe
Francoise-Eline-Armelle-Fr-d-ric-et-Astrid-2.jpg Fred, Françoise, Astrid et Armelle
 LYDIE-MARIE.jpg  Lydie-Marie
Photos-364-V2.jpgGrace et Jon
NATHALIE-ET-LAURENT.jpg Nathalie et Laurent
Jean-Fran-ois-2.jpg Jeff
 Armelle
CLOTILDE-ET-DAVID.jpg Clotilde et David
ISABELLE-ET-ERIC.jpg Isabelle et Eric
ISABELLE-ET-GUILLAUME429.jpg Isabelle et Guillaume
P1010130-copie-1.jpg Nicole
P1030721.jpg Marianna, Andon and Co
VIRGINIE.jpg Virginie
N3388.jpg Roxane et Fred
Photo-037---2.jpg Jacques
Photo-040.jpg Elisa

Les Enseignements De Dieu

Ma musique

NOUVEAUTÉS - Lumière du Monde

Luc Dumont "Lumière du Monde"

 

 
Paul Baloche "Ouvre les yeux de mon coeur"

 
Brian Doersken "Live in Europe"

 
Luc Dumont "Live"

 
Embrase nos coeurs 2009

 
Stéphane Quéry "L'Espoir d'une génération"

 
Third Day "Everywhere you are"

 
Israël New Breed " Live a deeper level"

 
Luc Dumont "Live 2 Je peux tout"

41suwsvGXEL SL160 AA115 
U2 "Best Of 1980-2000"

Mes livres

    
La Bible d'étude "Esprit et Vie"

 

John Bunyan "Le voyage du pélerin"

      
Manga "Le Messie"

51-8S7qjoAL__SL160_AA115_.jpg
Manga "La Métamorphose"

    
Patrick Fontaine "L'Esprit de la promesse"

     miniature.jpg
Loren Cunningham et David Hamilton
 "Et pourquoi pas les femmes"

    
David Wilkerson "La croix et le poignard"

    
Bob Gosset "Le fruit de nos paroles"

     book3.gif
Patrick Fontaine "Aux armes citoyens"

     john-bevere.jpg
John Bevere
"Comment réagir quand vous êtes maltraités"

     bob-gass.jpg
Bob Gass "Sa parole pour aujourd'hui"

51CzG9d5u8L__SL160_AA115_.jpg
Alain Auderset "Marcel"

51iaEjrBOlL__SL160_AA115_.jpg
Alain Auderset "Idées reçues"

61zvTn8yk3L SL160 AA115
Alain Auderset "Robi"

51GRPP2H78L__SL500_AA240_.jpg
Georges Dawson "Life is so good"


Luis Sepulveda
"Le vieux qui lisait des romans d'amour"


Katherine Pancrol "Les yeux jaunes de crocodiles"


Katherine Pancrol "La valse lente des tortues"

 

 

Katherine Pancrol

"Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi"

 

Détails sur le produit

Mary Ann Shaffer, Annie Barrows et Aline Azoulay-Pavcon

"Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates"


Myrielle Marc "Orfenor tome 1 - Natalène"


Myrielle Marc "Orfenor tome 2 - Tristan"


Eran Kroband "Petite plume"


Pierre Péju "La petite chartreuse"

gavalda.jpg
Anna Gavalda "Ensemble c'est tout"

le-prince.jpg
Antoine de Saint-Exupéry "Le petit prince"

Mes films et DVD


     "La petite maison dans la prairie"


     "Joséphine ange gardien"


     "Gilmore girls"

    133_172440.jpg
    "Les routes du paradis"

51oQUjzl3vL__SL160_AA115_.jpg
    "Forest Gump"

41puosrsNbL__SL160_AA115_.jpg
     "Platoon"

51DVJ72JY9L__SL160_AA115_.jpg
     "The Rose"
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 23:29
Repost 0
26 mars 2017 7 26 /03 /mars /2017 20:48

Les premières années étaient très agréables. J’avais un pouvoir de diriger les autres ; je voyais le monde occulte ; je parlais avec des démons. Je passais de longs moments à être enseigné par les esprits. Ils me disaient quoi faire pour arriver à mes fins, comment aborder des personnes afin de les influencer, de les séduire. Je connaissais par cœur les formules et les connaissances occultes. En tant qu’adolescent, j’étais comblé !

A 18 ans, je dirigeais un très grand groupe de personnes. Je possédais plus d’une cinquantaine de livres d’occultisme. J’avais converti au satanisme beaucoup de monde. Malgré tout, au fond de moi, une souffrance grandissait et rien ne me comblait, ni l’argent, ni le pouvoir, ni les relations. Je mentais, volais, montais les gens les uns contre les autres. Je pensais au suicide et me mutilais avec des ciseaux dans la douche. Je ne me faisais plus aucune illusion. J’avais compris que le monde démoniaque s’était servi de moi pour propager sa volonté, que j’étais un outil qu’on allait jeter après utilisation.

J’ai reçu un jour une proposition pour participer à une réunion chrétienne, ce qui pour moi était l’ennemi mortel. Mais j’ai senti un besoin d’y aller. Je connaissais le monde spirituel et le besoin était surnaturel. Toute la soirée, je me suis senti mal. J’avais une telle haine du nom de Dieu. Arrivé à la fin de cette réunion, je voulais voir le pasteur pour lui poser des questions. Pendant plus de trois heures, nous avons parlé. Mon monde fut ébranlé, ayant entendu Dieu me parler à travers cet homme, ayant senti son appel et une promesse d’une vie meilleure.

J’ai mis 2 mois à me convertir. Le jour où j’ai franchi le pas, j’ai senti une opposition terrible dans mon être et mes relations. Mais une force encore plus puissante m’envahit, un amour que je ne connaissais pas. J’ai senti Dieu ! Il m’a accueilli sans contrat, sans contrepartie, sans reproche. J’ai eu la révélation que, depuis des années, il désirait me rencontrer. Il m’a fallu quelques années pour me libérer de tous mes liens et mes habitudes occultes. Depuis, plus de dépression, d’envie de suicide, de mutilation. Je suis libre, membre d’une église locale et j’aime Dieu ! Chaque jour, j’ai de nouveaux défis, mais il me parle, me conseille et me porte. Je ne suis plus tout seul. Il est toujours avec moi.

Repost 0
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 08:03

"Comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, de patience." Colossiens 3.12Un reporter faisait l’interview des personnes dont les maisons avaient été détruites par l’ouragan Ivan. Un thème intéressant en est ressorti. Chacun disait que, bien qu’il ne connaissait pas son voisin avant la tempête, ils étaient depuis devenus amis. Tout cela est arrivé alors qu’ils s’entraidaient quand ils le pouvaient. Ils se sont donnés de l’eau, aidés mutullement à dégager les débris, et ont surveillé mutuellement les enfants. Une femme qui n’avait même jamais pris le temps de faire ses propres repas avant la tempête s’est retrouvée à préparer le dîner pour vingt-cinq voisins dans sa maison car elle était la seule à avoir une gazinière en état de marche !Parfois la tragédie fait ressortir le meilleur de nous-mêmes. Nous pouvons devenir très généreux quand le besoin est désespéré et évident. Mais nous devons nous rappeler qu’il y a des personnes tout autour de nous qui font face aux désespérantes tempêtes de la vie, et que leurs besoins ne sont peut-être pas aussi faciles à voir. Nous devons peut-être regarder d’un peu plus près pour voir à quel point ils souffrent, puis décider comment nous pouvons les aider.Gardez vos yeux et vos cœurs ouverts à l'égard de ceux que vous rencontrez chaque jour. Commencez à vous concentrer sur la façon dont vous pouvez être en bénédiction pour les autres. Peut-être est-ce aussi simple que de dire une parole bienveillante, ou faire les courses pour quelqu’un. Recherchez des occasions d'accomplir des "actes de bienveillance imprévus" ; ce sont des expressions de l’amour de Dieu pour le monde. Une chose est sûre, et c'est que lorsque nous répondons aux besoins des autres, Dieu répond à tous nos propres besoins d’une façon que vous ne pouvez même pas imaginer !Une prière pour aujourd’huiPère, ouvre mes yeux pour voir tous ceux qui souffrent tout autour de moi. Je suis ton ambassadeur et il y a beaucoup de travail à faire ! Dans les temps de tragédie ou de paix, mets devant moi les gens qui ont besoin d’expérimenter ton amour, afin que je devienne une bénédiction pour leur vie. Je te prie dans le nom de Jésus. Amen.Publication extraite de "Top Chrétien" - Par Joël Osteen

Repost 0
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 09:31

“Celui qui a le contentement dans son cœur est toujours en fête.” Proverbes 15.15bParfois, ce sont les enfants qui nous enseignent. Cette histoire en est un bel exemple.Un jour, le père d'une très riche famille emmène son fils à la campagne pour lui montrer comment les gens pauvres vivent. Ils passent quelques jours à la ferme d'une famille qui n'a pas grand chose à leur offrir.Au retour, le père demande à son fils : “As-tu aimé ton séjour ? C'était fantastique, papa ! As-tu vu comment les gens pauvres vivent ? demande encore le père. Ah oui ! répond le fils. Alors qu'as-tu appris ?” Le fils lui répond : “J'ai vu que nous n'avions qu'un chien, alors qu'ils en ont quatre. Nous avons une piscine, qui fait la moitié du jardin, et ils ont une grande crique. Nous avons des lanternes dans notre jardin et eux ont des étoiles partout dans le ciel. Nous avons une immense galerie à l'avant, et eux ont l'horizon. Nous avons un domaine, mais eux ont des champs à perte de vue. Nous avons des serviteurs, alors qu'eux servent les autres. Nous achetons nos denrées et eux les cultivent. Nous avons des murs autour de la propriété pour nous protéger tandis qu’eux ont des amis qui les protègent.”Le père en resta muet. Le fils rajouta: “Merci Papa de m'avoir montré tout ce que nous n'avons pas.”Le cœur de cet enfant est simple. Il n’est pas comblé par les possessions terrestres. Au contraire, il trouve des trésors dans le fait de posséder peu. Combien vous et moi avons besoin de cette mentalité ! Trop souvent,  nous oublions ce que nous possédons pour nous morfondre sur ce que nous n'avons pas. Et cette course effrénée vers une énième possession nous rend d’autant plus insatisfaits !Ce qui est un objet sans valeur pour quelqu’un, peut très bien être un trésor pour un autre. Ce n'est qu'une question de perspective. Quelle perspective voulez-vous adopter à partir d’aujourd’hui ? Un encouragement pour aujourd’huiApprenez à apprécier ce que vous avez. Retrouvez vos yeux et votre cœur d’enfant et voyez combien il est important d’apprécier ce que vous avez plutôt que de vous soucier de ce que vous ne possédez pas. Comme cet enfant, vous vous tournerez alors vers Dieu et vous lui direz : “Merci Papa de m’avoir appris à être heureux (se) avec ce que j’ai.” Publication extraite de " Top Chrétien " - Par Eric Célérier

Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 09:29

C’est moi, c’est moi qui vous console. Qui es-tu, pour avoir peur de l’homme mortel […] dont le sort est celui de l’herbe ?" Ésaïe 51.12Une des façons de vaincre la peur du rejet est d’apprécier les choses à leur juste valeur. Vous pouvez écouter les opinions d’autrui, mais ne les tenez jamais pour plus importantes qu’elles ne sont.Dans le verset d’aujourd’hui, Ésaïe affirme que notre vie sur terre ne dure qu’un temps, alors pourquoi avoir peur de ce que pensent les autres ? Ils ne sont pas Dieu et de toute manière, leurs opinions n’ont pas de portée éternelle. Ne vous inquiétez pas, dit Ésaïe, si l’homme mortel dit du mal de vous. Seule l’opinion de Dieu compte. Ne pensez pas que les jugements des autres sont infaillibles ou inspirés directement par Dieu. Vous n’avez pas à accepter automatiquement leurs critiques ; prenez-les pour ce qu’ils valent. Pourquoi vous dis-je cela ? Parce que, lorsque vous accordez une importance démesurée à l’approbation d’autrui, vous vous exposez à la peur du rejet.La Bible dit : "Que dirons-nous donc à ce sujet ? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?" (Romains 8.31). Si vous avez vraiment conscience que Dieu est pour vous, vous êtes capable de faire face à l’opposition la plus virulente.Pour certaines personnes, tout ce qui compte, c’est d’être bien vues, renommées ou applaudies. "Que pensent les autres de moi ? Comment me voient-ils ? Je dois absolument donner une bonne image de moi."En réagissant ainsi, je suis à la merci des jugements de n’importe qui. Si les autres me considèrent comme un perdant, c’est que j’en suis un ! S’ils estiment que je suis un pauvre type, ils ont probablement raison. En ce qui me concerne, je n’ai pas envie de vivre ainsi. Et vous ? Dieu n’a jamais voulu cela. Il vous dit : "Pourquoi les écoutes-tu ? Ils ne sont que des hommes mortels. C’est mon opinion qui compte. Eux ne durent pas plus longtemps que l’herbe."Paul affirme que son but dans la vie est de plaire à Dieu et non aux hommes. "Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu ? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes ? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ" (Galates 1.10).Le choix m’appartient. Je peux choisir de qui je recherche l’approbation : de Dieu ou des hommes. Une réflexion pour aujourd’huiÀ qui désirez-vous plaire avant tout ? À la foule ou à Dieu ? Paul dit que vous ne pouvez pas plaire aux deux en même temps. Vous devez décider qui vous voulez impressionner. Rappelez-vous simplement qui est celui "dont le sort est comme l’herbe". Publication extraite de " Top Chrétien " - Par Rick Warren

Repost 0
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 15:46
Repost 0
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 15:25

Y a-t-il des comportements dont vous aimeriez vous débarrasser ou que vous voudriez changer ? Une habitude, une mauvaise attitude ou même des pensées négatives ? Dans tous les cas, le changement commence dans votre esprit. Vous devez changer votre mentalité afin que vos pensées soient en harmonie avec celles de Dieu. Lorsque vous vous repentez et prenez la décision de suivre Dieu dans chaque domaine de votre vie, vous ouvrez la porte à sa puissance surnaturelle. En prenant le contrôle de vos pensées, vous coopérez avec cette puissance qui est à l’œuvre en vous.

Le moyen le plus simple de penser différemment est de proclamer la Parole de Dieu. Lorsque vous dites "orange", vous ne pensez probablement pas à une pomme ! De la même manière, lorsque vous confessez la Parole de Dieu, elle chassera vos pensées négatives et défaitistes.

Repost 0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 15:17

J'avais été le responsable en chef du montage de la tente pendant une douzaine de campagnes d'évangélisation lorsque nous sommes arrivés dans la ville de Siyabuswa en 1983. J'aimais cet endroit parce qu'il n'y avait aucun blanc dans cette ville de 30 000 habitants. La route à deux voies était très bien pavée pour parer aux besoins d'une très grande carrière de marbre. Chaque jour, des dalles de pierre blanches étaient acheminées vers les marchés de construction de Johannesburg, de Durban et du Cap. Beaucoup de locaux travaillaient dans cette carrière.Dans chaque nouvel endroit, le montage de la tente et de la plate-forme était un nouveau casse-tête unique en son genre à résoudre. J'aimais ce défi. À Siyabuswa, je garai le camion et la remorque tout au bout du Vivant ou mort terrain pour décharger la grue. En regardant vers le ciel, je vis que la ligne de courant principale de la ville passait au-dessus de nous. Comme chez moi, la sécurité passe avant toute autre chose, je me dis qu'il fallait absolument que je ne l'effleure pas coûte que coûte. Je me rendis ensuite dans un bureau des services techniques et je demandai à l'un des employés de venir sur le terrain et de me donner des renseignements très précis à ce sujet.« Ce sont 22 000 volts d'électricité qui passent dans cette ligne », me dit-il. « Il faudra éviter de vous approcher trop près avec votre équipement. Il est possible que le courant fasse un arc électrique. Si quelqu'un entre contact avec tant de puissance, il mourra sur le champ ». Il fit quelques calculs pour évaluer où était la zone de danger autour du câble et je stationnai le camion en conséquence. Puis je déchargeai le matériel et montai la tente et la plate-forme.Reinhard vint et prêcha. Les réunions furent fantastiques. Des miracles se produisirent lors de la première soirée et la ville entière était en effervescence. La nouvelle de l'événement se propagea de bouche à oreille et le lendemain soir, la tente ne fut plus capable d'accueillir toute la foule. On aurait dit que les 30 000 habitants de Siyabuswa étaient venus. Nous avons alors ouvert les côtés de la tente et nous avons monté des hautparleurs supplémentaires dehors pour que la foule qui était debout puisse entendre l'Évangile. Je passai la matinée suivante à déplacer la plateforme vers l'arrière pour que plus de personnes encore puissent répondre à l'invitation de venir à l'avant pour prendre une décision.La réunion se termina avec des milliers de personnes sauvées et Reinhard retourna à Witfield. Comme d'habitude, à l'aide de la grue, je travaillai avec l'équipe locale pour démonter la tente et l'équipement et pour les charger sur la remorque du camion. La dernière chose à charger était toujours la plate-forme que nous emballions dans des caisses de protection pour l'expédition. Alors que je manoeuvrais la première grue et la guidais vers la remorque, je me rappelai soudain de quelque chose que j'avais tout à fait oublié. En une fraction de seconde, je réalisai soudain que j'avais déplacé la plate-forme de sa position originelle et que la distance à la ligne de courant avait changé.Trop tard ! Vingt-deux milles volts d'électricité sortirent avec force de la ligne de courant, traversèrent le bras en métal de la grue et arrivèrent en trombe de la machine dans mes deux mains qui actionnaient les manettes de contrôle. Je fus catapulté dans les airs et plongé dans des ténèbres totales.C'était le soir. Gaby entendit les hurlements et sortit précipitamment de notre camping-car. Elle vit que j'avais été projeté sous le camion. La ligne de courant s'était brisée en deux et gisait par terre, crachant son courant au travers de mon corps. Je ressemblais à quelqu'un en proie à une crise épileptique très violente. Si quelqu'un m'avait touché, il aurait été immédiatement électrocuté comme moi. « Au secours ! » hurla Gaby en arrachant une planche en bois d'un siège improvisé dans la tente. Elle se mit à l'utiliser pour éloigner mon corps de la ligne de courant brisée.Plusieurs autres hommes de l'équipe s'emparèrent également de planches et se joignirent à ses efforts même si ils étaient secoués et brûlés par le courant qui passait au travers du bois. Finalement, ils réussirent à me dégager assez loin du courant qui arrêta de déferler au travers de mon corps. Ils me tirèrent de dessous le camion, sans vie.« Winni ! Tu m'entends ? ». Gaby s'agenouilla au-dessus de mon corps et ne trouva aucun pouls, pas de respiration, aucune réponse. Soudain, une autre source de puissance traversa son corps d'en haut. Elle bondit sur ses pieds et d'une voix qui n'était pas tout à fait la sienne, elle se mit à crier de toutes ses forces un ordre puissant : « Mort, dégage ! »L'équipe regardait éberlué la scène et mes yeux s'ouvrirent. Pour la première fois, je repris conscience de mon environnement et de mon corps. J'avais des picotements de la tête aux pieds. Je m'assis et regardai mes mains. Je regardais mes mains. Elles avaient l'air de steaks brûlés. Il n'y avait plus de peau et la chair était grillée, toute noire jusqu'aux os où les 22 000 volts avaient traversé tout mon corps.Gaby se précipita vers moi avec la valise de premiers secours du camping-car et se mit à appliquer une pommade antibiotique et des bandages. L'équipe qui se tenait tout autour de moi était sûre d'avoir juste vu un homme qui venait de ressusciter.Quelques minutes plus tard, une voiture arriva de la ville, ses phares illuminaient notre groupe. L'homme qui m'avait averti des dangers de l'électricité sortant de la ligne de courant, sortit de la voiture et vint vers nous.« Toute la ville est plongée dans le noir. J'ai demandé à la compagnie d'électricité de couper le courant dans cette zone. Maintenant, il faut vous tenir à l'écart de cette ligne. Combien sont morts ici ? »« Personne n'est mort, monsieur », répondit GabyIl me vit assis là et aperçut mes mains. Un regard vers la position de la grue lui raconta toute l'histoire. Il secoua la tête. « Personne ne peut survivre cela ! »« Je ne suis pas sûre qu'il ait survécu », dit Gaby. « Mais je suis certaine d'une chose : Dieu l'a ramené à la vie ».L'équipe locale se mit à entonner des chants d'adoration, à frapper des mains, à chanter, à danser et à se réjouir. J'aimais voir la joie débridée de mon équipe africaine. Je pensais qu'il était bien dommage que Reinhard ne soit pas là pour montrer ce miracle à la foule en attente. Cela ne serait pas la dernière fois que des miracles se produisent sur le terrain de la campagne après que les réunions soient finies.Très vite, je repris pleinement conscience et mon corps répondit avec coordination. Je ne sentais pas du tout de douleur et je remarquai même que je pouvais utiliser mes mains sous les bandages. Le jour suivant, je finis de charger le matériel et je conduisis le camion à 100 km au sud de Pretoria, là où Gaby avait trouvé un hôpital moderne. Le médecin était étonné que je sois encore en vie et me dit que les nerfs dans mes mains avaient été complètement détruits. Il était très peu probable que je retrouve un jour des sensations dans mes mains. Naturellement après mon épisode de dos cassé, j'avais appris à prendre les diagnostiques d'un médecin juste comme « un avis ». La parole du Grand Médecin déjoue tout.Mon emploi du temps me donna une pause de quatre semaines après la campagne de Siyabuswa car Reinhard quitta l'Afrique pour aller prêcher en Finlande. Mes mains étaient dans un piteux état. Elles se craquelaient et saignaient en continuant de guérir et autant que possible, j'avais toujours des bandages imbibés de pommade antibiotique. Mais je pouvais les utiliser sans avoir de douleur.Je conduisis le camion et organisai cinq autres campagnes en Afrique du Sud et dans le pays avoisinant du Botswana cette année-là. Après six semaines environ, je me mis à sentir des picotements dans mes doigts car les nerfs commençaient à repousser. Aujourd'hui, j'ai retrouvé l'usage de mes mains et de mes doigts, et je n'ai que des cicatrices. Les gens ne les remarquent même pas à moins que je ne les montre explicitement, et je ne le fais que pour parler de la foi de Gaby et pour donner gloire à Dieu.Plus tard, Gaby me raconta que quand elle me vit inerte sur le sol, l'Esprit qui a ressuscité Jésus de la mort se leva en elle. Tous les croyants ont cet Esprit en eux, mais très peu d'entre eux ne s'en servent. Elle ne ressentit aucune trace de doute, de peur, d'anxiété, ou d'incertitude ; seulement un amour pur et de la puissance. Elle ne pria pas, elle ne quémanda pas, elle ne demanda pas – elle commanda avec autorité à la mort de quitter.En y repensant avec les années, Gaby dit que ce fut comme si la voix qui sortit de sa bouche n'était pas la sienne mais celle de l'Homme qui avait dit : « Lazare, sors ! ». C'était un commandement divin comme « que la lumière soit ! ». Il ne laissa absolument aucun autre choix que l'obéissance – et instantanément mes yeux s'ouvrirent.Lorsque j'avais prié pour trouver une femme en 1978 et que Dieu exauça ma prière en me donnant Gaby, Il savait que ce jour arriverait pour moi. Sans elle, cette histoire se serait achevée ici. Publication extraite de " Enseigne-moi.com" - Texte de Winfried Wentland

Repost 0
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 20:38

La société actuelle, en France, s'efforce d'effacer toute référence au christianisme, au nom du principe de laïcité. Le 18e siècle – appelé siècle des lumières – a vu naître l'idée que la raison humaine pouvait résoudre tous les problèmes. On s'est alors mis à compter sur le progrès et l'amélioration de l'homme plutôt que sur Dieu. Quel en est le résultat, environ deux siècles plus tard? Malgré “la liberté pour tous” tant recherchée, déceptions, inquiétudes et sentiment d'insécurité!

Repost 0
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 11:40

Jésus dit :) “Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s'alarme point.” Jean 14.27La paix… Qu’est-ce que la paix, selon vous ?Jésus est votre paix. Comme moi, vous étiez ennemi de Dieu, par vos pensées, vos actions, vos paroles, mais Christ est venu pour vous réconcilier avec le Père. Faire la paix avec Dieu est une expérience extraordinaire. C’est une libération. Vos péchés sont pardonnés. Vous êtes libre et en paix. Quel soulagement, quelle paix ! Cette paix n’est pas réservée à un seul jour de votre vie. Aujourd’hui encore, il vous laisse la paix, il vous donne sa paix. La Bible dit : “En toute chose faites connaître vos besoins à Dieu… Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus Christ.” Philippiens 4.6-7 Est-ce que vos pensées sont troublées ? Est-ce que les choses s’agitent dans votre tête ? Une alarme intérieure semble s'être déclenchée et vos pensées fusent dans tous les sens alors que vous cherchez une solution à vos problèmes…Jésus vous dit en ce jour : “Que votre cœur ne se trouble point. Je suis là, tous les jours avec vous jusqu’à la fin du monde. Matthieu 28.20 J’ai tout pouvoir dans le ciel et sur la terre.” Matthieu 28.18Le monde ne donne pas gratuitement. Le monde donne au mérite, ou bien pour recevoir ou contrôler en retour, et tenir les personnes dans la dépendance. Quant à Jésus, il ne donne pas comme le monde donne. Il donne gratuitement et par amour.Il a donné sa vie pour vous sauver. Il s’est offert lui-même sans rien garder. Vous n’avez pas à mériter son amour, ni à travailler pour le recevoir. Il vous le donne, simplement et gratuitement. Jésus est doux et humble de cœur. Il ne veut pas contrôler votre vie, mais être votre ami, votre confident, votre berger. En ce jour, il est prêt à vous donner sa paix, simplement parce qu’il vous aime. Une action pour aujourd’hui Prenez quelques instants pour laisser la paix de Dieu vous envahir. Vous aurez sans doute besoin de lui déposer vos soucis et tout ce qui vous préoccupe… Faites-le, rapidement mais sincèrement. Puis, laissez sa paix calmer votre cœur. Publication extraite de " Top Chrétien " - Par Eric Célérier

Repost 0