Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Cacahouete
  • : Pour tous les amoureux de Jésus; pour tous ceux qui ont la foi; pour tous ceux qui croient en la vie éternelle; pour tous ceux qui attendent le retour de Jésus; pour tous ceux qui louent, adorent et prient Dieu; pour tous ceux qui aiment écrire.
  • Contact

Mes amis et mes proches

H-lo-se-21-mois-vend-e.jpg Cacahouète

C-leste-2.jpg  Céleste
Oscar-2.jpg Oscar
PAPA-ET-MAMAN.jpg Mamie-si et Papy-ri 
P1010011-copie-1.jpg Uriane
 Mamie et Papou
WILY-ET-VERO.jpg Wily et Véro
MARTINE--.jpg Martine
AURORE.jpg Aurore
 Maryvonne et Joselin
P1010131.jpg Evelyne et Claude
PHILIPPE-ET-CHRISTELLE.jpg Christelle et Philippe
Francoise-Eline-Armelle-Fr-d-ric-et-Astrid-2.jpg Fred, Françoise, Astrid et Armelle
 LYDIE-MARIE.jpg  Lydie-Marie
Photos-364-V2.jpgGrace et Jon
NATHALIE-ET-LAURENT.jpg Nathalie et Laurent
Jean-Fran-ois-2.jpg Jeff
 Armelle
CLOTILDE-ET-DAVID.jpg Clotilde et David
ISABELLE-ET-ERIC.jpg Isabelle et Eric
ISABELLE-ET-GUILLAUME429.jpg Isabelle et Guillaume
P1010130-copie-1.jpg Nicole
P1030721.jpg Marianna, Andon and Co
VIRGINIE.jpg Virginie
N3388.jpg Roxane et Fred
Photo-037---2.jpg Jacques
Photo-040.jpg Elisa

Les Enseignements De Dieu

Ma musique

NOUVEAUTÉS - Lumière du Monde

Luc Dumont "Lumière du Monde"

 

 
Paul Baloche "Ouvre les yeux de mon coeur"

 
Brian Doersken "Live in Europe"

 
Luc Dumont "Live"

 
Embrase nos coeurs 2009

 
Stéphane Quéry "L'Espoir d'une génération"

 
Third Day "Everywhere you are"

 
Israël New Breed " Live a deeper level"

 
Luc Dumont "Live 2 Je peux tout"

41suwsvGXEL SL160 AA115 
U2 "Best Of 1980-2000"

Mes livres

    
La Bible d'étude "Esprit et Vie"

 

John Bunyan "Le voyage du pélerin"

      
Manga "Le Messie"

51-8S7qjoAL__SL160_AA115_.jpg
Manga "La Métamorphose"

    
Patrick Fontaine "L'Esprit de la promesse"

     miniature.jpg
Loren Cunningham et David Hamilton
 "Et pourquoi pas les femmes"

    
David Wilkerson "La croix et le poignard"

    
Bob Gosset "Le fruit de nos paroles"

     book3.gif
Patrick Fontaine "Aux armes citoyens"

     john-bevere.jpg
John Bevere
"Comment réagir quand vous êtes maltraités"

     bob-gass.jpg
Bob Gass "Sa parole pour aujourd'hui"

51CzG9d5u8L__SL160_AA115_.jpg
Alain Auderset "Marcel"

51iaEjrBOlL__SL160_AA115_.jpg
Alain Auderset "Idées reçues"

61zvTn8yk3L SL160 AA115
Alain Auderset "Robi"

51GRPP2H78L__SL500_AA240_.jpg
Georges Dawson "Life is so good"


Luis Sepulveda
"Le vieux qui lisait des romans d'amour"


Katherine Pancrol "Les yeux jaunes de crocodiles"


Katherine Pancrol "La valse lente des tortues"

 

 

Katherine Pancrol

"Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi"

 

Détails sur le produit

Mary Ann Shaffer, Annie Barrows et Aline Azoulay-Pavcon

"Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates"


Myrielle Marc "Orfenor tome 1 - Natalène"


Myrielle Marc "Orfenor tome 2 - Tristan"


Eran Kroband "Petite plume"


Pierre Péju "La petite chartreuse"

gavalda.jpg
Anna Gavalda "Ensemble c'est tout"

le-prince.jpg
Antoine de Saint-Exupéry "Le petit prince"

Mes films et DVD


     "La petite maison dans la prairie"


     "Joséphine ange gardien"


     "Gilmore girls"

    133_172440.jpg
    "Les routes du paradis"

51oQUjzl3vL__SL160_AA115_.jpg
    "Forest Gump"

41puosrsNbL__SL160_AA115_.jpg
     "Platoon"

51DVJ72JY9L__SL160_AA115_.jpg
     "The Rose"
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 18:06


Si Dieu a mis un rêve dans ton coeur
Ecris le garde le comme trésor
Quoiqu'on dise protège la vision avec passion
Quand tu sais tu sais de tout ton être
Que ce rêve ne vient pas de toi
Même si tu ne vois que le contraire persévère

Refrain
Persévère 4x
Car sa parole, elle s'accomplira

Si dans ton coeur est réelle cette promesse
Quand vient le doute, lève toi et confesse
Que Dieu est vrai et que sa parole demeure
Eternelle
Car ce qu'il promet mon frère ma soeur n'est jamais vain
Toujours fidèle et son chemin certain
Même si les choses semblent n'aboutir à rien
Persévère

Quand il dit la chose arrive
Quand il ordonne elle existe
Son regard est sur ceux qui lui appartiennent
Repost 0
Published by Cacahouete - dans Vidéo
commenter cet article
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 10:03


« Tu as abandonné ton premier amour. » Apocalypse 2.4

Nous n'avons pas prévu de le perdre, c'est arrivé avec le temps. La romance se fond dans la réalité et d'habitude c'est la réalité qui surnage ! Au début il n'y avait que deux amoureux dont l'unique souci était le bonheur de l'autre. Puis le bruit de petits pas s'est fait entendre dans le silence de la maison et leur monde a changé du tout au tout. Vraiment les enfants ne s'intègrent pas très bien dans notre petit univers égoïste, et ont l'art de bousculer notre emploi du temps bien ordonné ! Ils n'aiment pas attendre notre bon vouloir. Trois mômes, deux emplois et un prêt immobilier plus tard la romance n'est qu'un souvenir lointain.

Un couple épuisé se demande où s'est enfui cet amour fou qui les embrasait naguère et s'il est possible de le rattraper. Certains choisissent de s'accommoder d'un mariage sans romance, d'autres restent ensemble tant que les enfants sont petits avant d'aller plus tard chercher ailleurs quelques sensations fortes. Mais Dieu offre une troisième alternative, beaucoup plus excitante : retrouvez « votre premier amour » ! (Cette lettre a été écrite à l'intention de l'église d'Ephèse, mais le principe peut aussi s'appliquer à l'art de bâtir un vrai mariage). Alors :

1- Remettez en question vos opinions et vos impressions. Nous imaginons que notre situation actuelle, d'où l'émotion du grand amour fou semble absente, est la preuve que le vrai amour est mort et le rêve des premiers jours, envolé à jamais. Mais ce faisant nous mélangeons amour et romance. La romance des premiers jours est le terrain de rencontre de deux êtres humains, l'amour c'est le ciment qui soude leur relation. Deux êtres qui s'aiment vraiment peuvent pourtant faire renaître la romance des premiers jours à n'importe quel âge ou période de leur vie à deux.

2- Reconnaissez que le premier amour n'a pas disparu, il a été « abandonné ». « Tu as abandonné = tu as laissé ton premier amour derrière toi, tu t'es éloigné de l'endroit où il t'attend ». Le premier amour n'est pas parti, il n'est pas mort, il est toujours là quelque part. Un nouveau partenaire n'est pas la solution.

3- Faites marche arrière. Vous retrouverez votre premier amour où vous l'avez abandonné : mal nourri, étouffé par la foule environnante, oublié dans un coin, privé d'oxygène, mais pas encore mort. Dieu a créé le mariage, parlez-Lui du vôtre. Suivez Ses conseils et votre premier amour revivra !


Voici trois conseils pour vous aider à la fois dans votre
marche avec Dieu et dans votre mariage :


1- Souvenez-vous ! « Souviens-toi d'où tu es tombé... » Remarquez le mot « d'où » : Souvenez-vous des meilleurs moments du passé, pas de l'abîme où vous êtes tombés tous deux aujourd'hui, pas des difficultés présentes, mais des sommets sur lesquels vous évoluiez alors. Souvenez-vous des jours où vous ne vouliez qu'une chose : être ensemble, l'un près de l'autre. Que faisiez-vous alors, que vous ne faites plus aujourd'hui ? Vous souvenez-vous des jours où vous lui téléphoniez seulement pour entendre sa voix au bout du fil ? Des cadeaux que vous lui achetiez alors que vous étiez presque sans le sou ? Les petits mots d'amour que vous glissiez dans son livre favori ou dans son portefeuille ?

Vous souvenez-vous les occasions où vous ouvriez la porte devant elle, où vous tiriez la chaise avant qu'elle s'assoie, où vous prépariez son plat favori bien qu'épuisée par votre journée de travail ? Vous souvenez-vous des dîners aux chandelles pour lesquels vous vous étiez rasé de frais et mis l'après-rasage qu'elle préférait et que vous n'aimiez pas beaucoup ? Quand le but de votre intimité, c'était l'autre et pas vous-même ? Quand vous étiez encore prêt à placer une rose rouge sur la plateau du petit-déjeuner car elle vous avait dit, les larmes aux yeux, quelques jours auparavant, que « vous ne lui apportiez plus de fleurs comme aux premiers jours » ? Souvenez-vous des endroits, des occasions, des odeurs, des chants, des fleurs, des visites qui avaient de l'importance pour vous alors.
Souvenez-vous de ce que vous étiez prêt à faire par amour. La magie de l'amour semblait vous être apparue par accident alors que vos actions de chaque jour la construisait peu à peu. La magie du premier amour, c'était vous ! La flamme s'est mise à vaciller parce que vous avez cessé de faire certaines choses qui l'entretenaient. Mais la braise n'est pas éteinte ! Les souvenirs des meilleurs moments peuvent faire renaître dans votre sang l'adrénaline nécessaire pour vous pousser à refaire les gestes d'avant qui ensuite raviveront les braises mourantes.

2- Repentez-vous ! Repentez-vous, changez d'état d'esprit, changez de direction, agissez différemment. Vous ne pourrez jamais résoudre le problème si vous demeurez dans le même état d'esprit et si vous vous comportez de la même manière que quand le problème a surgi. Une nouvelle approche est nécessaire. Si votre premier amour était excitant vous avez toujours en vous de quoi le raviver. Vous vous êtes souvenu de tout ce que vous faisiez quand votre amour était au plus fort. Vous avez reconnu que ces mille petits gestes entretenaient le feu de votre amour, que vous avez cessé de les accomplir et que vous avez ainsi abandonné, loin derrière vous, votre premier amour. Maintenant vous êtes prêt à vous repentir (se repentir veut dire faire demi-tour !) et revenir à l'endroit où vous étiez lorsque votre amour brillait au plus fort.

3- Refaites les premiers gestes ! « Revenez à vos premières œuvres » (Apocalypse 2.5). Etablissez une liste de toutes les choses que vous aviez l'habitude de faire l'un pour l'autre quand votre premier amour était à son zénith. Chacun d'entre vous devrait s'engager, devant Dieu et en privé, à accomplir à nouveau au moins deux des actions de cette liste, mais sans dire à l'autre lesquelles ont été choisies. Essayez de retrouver le plaisir de la surprise et reconnaissez ouvertement lorsque votre partenaire a refait un geste qui vous touchait alors et que vous pensiez oublié à jamais. Exprimer de la reconnaissance pour ce geste aura autant de valeur que le geste lui-même.

Tout cela vous paraît peut-être artificiel, car le temps a passé et refaire ces premiers gestes risque de vous sembler étrange, absurde même. Mais soyez patient, les choses ne changent pas du jour au lendemain. Continuez à refaire les premiers gestes, même si vous n'en avez plus envie. Vous pouvez faire renaître des émotions en refaisant des gestes du passé, même si vous n'arrivez pas à ressentir d'émotion à faire ces gestes. Continuez à les faire jusqu'au moment où la joie des premiers jours recommencera à couler dans vos veines !

Extrait de la publication "Sa Parole pour aujourd'hui" - Bob Gass - http://www.saparole.com
Repost 0
Published by Cacahouete - dans Spirituel
commenter cet article
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 11:25



Les poings fermés et la mâchoire serrée,

Le sourire figé et le cœur brisé,

Seul à sa fenêtre perdu dans son passé,

A penser au bon vieux temps, à ces belles années.

 

Il est parti son amour, sa chérie, son adorée,

En douceur, elle a rendu son dernier souffle de vie,

Emmenant avec elle tous ses rires, ses folies,

Refermant à jamais son grand cœur disposé.

 

Comment vivre maintenant, comment faire semblant,

D’être heureux, d’être là, vivant et respirant,

Quand la joie est partie faisant place aux souffrances,

Au vide, au néant, au défaut d’espérance.

 

Le bonheur, c’est certain ne tient pas à grand-chose,

Quelques mots, un sourire, et la vie devient rose,

Partager et offrir, donner tout simplement,

Le bonheur, chaque jour se vit intensément.

 

Cet homme, s’il avait su, n’aurait pas hésité,

A dire à son épouse combien il était bien,

Heureux, épanoui, comblé de partager,

Sa vie, son cœur, son foyer, son destin.

 

Pourquoi toujours attendre qu’il soit déjà trop tard,

Pour avouer, pour confier tous les bons sentiments,

Pour offrir à nos proches, une parole, un regard,

Et partager les trésors pendant qu’ils sont vivants.

 

Faire face aux doutes, aux angoisses et aux peurs,

Pardonner les péchés, les erreurs, les rancœurs

Ca occupe toute une vie, ça fait passer les heures,

Et ça conduit, c’est certain, vers une vie bien meilleure.

 

C’est donc là-haut qu’elle est partie, son épouse chérie,

Adieu le vide, le manque, la solitude et l’ennui,

Et c’est bientôt qu’il partira, lui aussi vers l’infini,

Rejoindre tous les cœurs purs qui sont au Paradis.

 

 

Cacahouète

© Copyright

Repost 0
Published by Cacahouete - dans Poèmes
commenter cet article
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 09:13


1 Samuel 2


2.1 Anne pria, et dit: Mon coeur se réjouit en l'Éternel, Ma force a été relevée par l'Éternel; Ma bouche s'est ouverte contre mes ennemis, Car je me réjouis de ton secours.
2.2 Nul n'est saint comme l'Éternel; Il n'y a point d'autre Dieu que toi; Il n'y a point de rocher comme notre Dieu.
2.3 Ne parlez plus avec tant de hauteur; Que l'arrogance ne sorte plus de votre bouche; Car l'Éternel est un Dieu qui sait tout, Et par lui sont pesées toutes les actions.
2.4 L'arc des puissants est brisé, Et les faibles ont la force pour ceinture.
2.5 Ceux qui étaient rassasiés se louent pour du pain, Et ceux qui étaient affamés se reposent; Même la stérile enfante sept fois, Et celle qui avait beaucoup d'enfants est flétrie.
2.6 L'Éternel fait mourir et il fait vivre. Il fait descendre au séjour des morts et il en fait remonter.
2.7 L'Éternel appauvrit et il enrichit, Il abaisse et il élève.
2.8 De la poussière il retire le pauvre, Du fumier il relève l'indigent, Pour les faire asseoir avec les grands. Et il leur donne en partage un trône de gloire; Car à l'Éternel sont les colonnes de la terre, Et c'est sur elles qu'il a posé le monde.
2.9 Il gardera les pas de ses bien-aimés. Mais les méchants seront anéantis dans les ténèbres; Car l'homme ne triomphera point par la force.
2.10 Les ennemis de l'Éternel trembleront; Du haut des cieux il lancera sur eux son tonnerre; L'Éternel jugera les extrémités de la terre. Il donnera la puissance à son roi, Et il relèvera la force de son oint.

Repost 0
Published by Cacahouete - dans Spirituel
commenter cet article
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 09:25
Repost 0
Published by Cacahouete - dans Vidéo
commenter cet article
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 09:08
Que tes oeuvres sont nombreuses, ô Éternel ! ... La terre est pleine de tes richesses.
Psaume 104. 24
Depuis la création du monde, ce qu'il y a d'invisible en lui (Dieu)... se discerne au moyen de l'intelligence, d'après les choses créées, si bien qu'ils sont inexcusables (les hommes).
Romains 1. 20




Le langage muet de la nature

 

Sans articuler de sons, elle parle. Elle s'exprime sans avoir laissé de trace écrite, et pourtant elle témoigne de façon éloquente. De qui s'agit-il ? De la nature, cette partie visible de la création, notre cadre de vie, si varié, si riche en merveilles.

Une simple promenade en forêt donne un échantillon de la diversité, de l'harmonie, du merveilleux agencement du monde animal et du monde végétal. La voix de la nature interpelle qui veut bien l'entendre. Son message est tellement fort que la Bible déclare inexcusable l'homme qui ne discerne pas dans la création son auteur : Dieu lui-même. Le Dieu invisible se révèle par son œuvre visible.

Dieu est le Créateur de tout ce qui existe (Ésaïe 44. 24). L'ordre et la beauté de la nature reflètent la sagesse, la puissance, la majesté de Dieu, sa bonté (lire le Psaume 104). Ce que Dieu a fait pour sa création est une assurance de ses soins envers nous, ses créatures. Si le Créateur est attentif aux besoins des animaux, des plantes, à plus forte raison sera-t-il attentif à ceux de l'homme qui se confie en lui (Matthieu 6. 30).

La nature mérite nos soins et notre respect. Nous avons le devoir de la protéger. Mais n'en faisons pas pour autant une divinité, une “mère” à idolâtrer. Laissons au Créateur seul la gloire de la merveilleuse création et remercions-le pour ce bienfait.

“Il fait germer l'herbe pour le bétail, et les plantes pour le service de l'homme, faisant sortir le pain de la terre” (Psaume 104. 14). Il a fait… et il fait aujourd'hui beaucoup plus encore. Écoutons-le.

Extrait de la publication "La Bonne Semence" - http://www.bpcbs.com





PSAUME 104


Mon âme, bénis l'Éternel !
Eternel, mon Dieu, tu es merveilleusement grand !
Tu t'es revêtu de majesté et de magnificence.
Il s'enveloppe de lumière comme d'un vêtement,
Il déploie les cieux comme une tente ;
Il lambrisse entre les eaux ses chambres hautes, Il fait des nuées ses chariots,
Il s'avance sur les ailes du vent.
Il fait des vents ses anges, Des flammes de feu ses serviteurs.
Il a fondé la terre sur ses bases, Elle est à jamais inébranlable.
Tu l'avais couverte de l'abîme comme d'un vêtement ; Les eaux se tenaient sur les montagnes.
A ta menace, elles s'enfuirent ; A la voix de ton tonnerre, elles se précipitèrent épouvantées,
Les montagnes s'élevèrent, les vallées s'abaissèrent, Au lieu que tu leur, avais assigné.
Tu leur a mis une borne qu'elles ne passeront point, Elles ne reviendront plus couvrir la terre.
C'est lui qui conduit les fontaines par les vallées ; Elles suivent leur cours entre les montagnes ;
Elles abreuvent toutes les bêtes des champs ; Les ânes sauvages y étanchent leur soif.
Sur leurs bords nichent les oiseaux du ciel, Ils font résonner leur voix du milieu du feuillage.
Il abreuve les montagnes de ses chambres hautes : La terre est rassasiée du fruit de tes œuvres.
Il fait germer l'herbe pour le bétail Et, les plantes pour le service de l'homme, Tirant de la terre la nourriture,
Et le vin qui réjouit le cœur de l'homme, L'huile, pour faire resplendir son visage, Et le pain, qui soutient le cœur de l'homme.


Les arbres de l'Éternel sont rassasiés ; Les cèdres du Liban, qu'il a plantés.
Les oiseaux y font leurs nids, La cigogne prend les cyprès pour sa demeure ;
Les hautes montagnes sont pour les chamois ; Les rochers sont la retraite des gerboises.
Il a fait la lune pour marquer les temps ; Le soleil connaît son coucher.
Amènes-tu les ténèbres, la nuit vient, Dans laquelle toutes les bêtes des forêts sont en mouvement ;
Les lionceaux rugissent après leur proie Et pour demander à Dieu leur pâture.
Le soleil se lève, ils se retirent Et se couchent en leurs tanières.
Alors l'homme sort pour son ouvrage Et pour son travail jusqu'au soir.
O Eternel ! que tes œuvres sont en grand nombre ! Tu les as toutes faites avec sagesse ; La terre est pleine de tes richesses.
Et cette mer, grande et spacieuse, Où se meuvent, sans qu'on puisse les compter, Tant d'animaux petits et grands !
Là voguent les navires, Le léviathan, que tu as formé pour s'y jouer.
Tous s'attendent à toi, Pour que tu leur donnes leur nourriture en son temps.
Tu la leur donnes, ils la recueillent ; Tu ouvres la main, ils sont rassasiés de biens.
Caches-tu ta face, ils sont éperdus. Retires-tu leur souffle, ils expirent Et rentrent en leur poudre.
Tu envoies ton esprit, ils sont créés, Et tu renouvelles la face de la terre.
Que la gloire de l'Éternel soit à toujours ! Que l'Éternel se réjouisse en ses œuvres,
Lui qui regarde la terre, et elle tremble ; Il touche les montagnes, et elles fument !
Je chanterai à l'Éternel, tant que je vivrai ; Je psalmodierai à mon Dieu, tant que j'existerai.
Que mes paroles lui soient agréables ! Pour moi, je me réjouirai en l'Éternel.
Que les pécheurs soient retranchés de la terre, Et qu'il n'y ait plus de méchants ! Mon âme, bénis l'Éternel ! Louez l'Éternel ! 

Repost 0
Published by Cacahouete - dans Spirituel
commenter cet article
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 08:09

« Le fruit de l'Esprit c'est... la maîtrise de soi. » Galates 5.22-23



Il y a deux sortes de personnes : ceux qui veulent tout contrôler et ceux qui savent se contrôler eux-mêmes. A quelle catégorie appartenez-vous ? Découvrez-le aujourd'hui ! Les premiers pensent que tout est de la faute du Diable, ou des circonstances ou des autres, aussi réagissent-ils en cherchant sans cesse qui blâmer, ou deviennent-ils amers et désabusés, exprimant à tout bout de champ leur frustration maladive. Ils font tout pour parvenir à manipuler les autres et les événements afin qu'ils leur soient plus favorables, malheureusement ni les humains ni les événements ne sont faciles à manipuler.

Ils finissent alors par se sentir encore plus désabusés et meurtris et toutes leurs relations se transforment en champ de bataille. Plus ils essaient de contrôler les autres, plus ils se sentent en désaccord avec leur monde, et plus ils se sentent en porte-à-faux, plus ils essaient de tout contrôler ! Ne vous engagez pas sur cette voie.

Ceux qui savent exercer la maîtrise d'eux-même ont compris que le Diable ne peut rien sur eux à moins d'obtenir leur coopération et que rien ne les oblige à la lui donner. Ils ont compris aussi que les autres et les circonstances de la vie ne sont pas de leur compétence ; la seule chose qui compte est leur attitude vis-à-vis des uns et des autres. Ils avancent dans la vie en n'oubliant jamais ces trois principes :

1- La seule personne que je dois savoir contrôler, c'est moi-même.

2- Parfois je dois abandonner certaines circonstances, certaines relations ou certaines personnes entre les mains de Dieu et Le laisser les gérer sans mon intervention.

3- Je dois m'appuyer chaque jour sur la puissance du Saint-Esprit afin de pouvoir contrôler mes réactions et obéir aux sages principes des Ecritures concernant ma manière de vivre (Relisez 2 Timothée 1.7). En conséquence, ils évitent les joutes inutiles, ne cherchent pas à blâmer quiconque pour quoi que ce soit et maintiennent leurs relations sur un terrain pacifique.

Sachant que « le fruit de l'esprit, c'est... la maîtrise de soi », ils se rendent compte que L'Esprit ne cherchera pas à les contrôler, ni ne les aidera à contrôler les autres ou manipuler les circonstances, mais qu'Il leur donnera la force de se contrôler eux-mêmes, afin qu'ils se libèrent de l'emprise de leurs problèmes et deviennent en partie la solution que Dieu veut apporter dans leur vie.

Extrait de la publication "Sa Parole pour Aujourd'hui" - Bob Gass - http://www.saparole.com

Repost 0
Published by Cacahouete - dans Spirituel
commenter cet article
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 07:44


(Jésus dit : ) Moi, je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.
Jean 8. 12


Vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu.
1 Jean 5. 13


Je suis en recherche


 


Beaucoup de ceux qui s'intéressent à une religion ou même la pratiquent disent être en recherche. Ils estiment prétentieux d'avoir des certitudes et pensent qu'être en recherche est une attitude d'humilité. Toujours chercher sans jamais trouver, n'est-ce pas démoralisant ?


-On peut chercher des certitudes en soi-même, mais nos pensées et nos sentiments sont un véritable terrain mouvant. Une telle recherche n'aboutit jamais.


-On peut rechercher la paix dans les pratiques religieuses ou les philosophies. Mais cela n'apaise jamais tout à fait la conscience.


-On peut étudier la nature pour découvrir par la science tous ses secrets. De nouvelles questions surgissent sans cesse, et restent sans réponse.


Ouvrons plutôt la Bible, qui est la révélation de Dieu à l'homme, la parole véridique de Celui qui seul connaît tout à fond, “qui ne peut mentir” (Tite 1. 2). Là nous trouvons des affirmations et des certitudes, en particulier celles citées en tête de ce feuillet. Dieu nous déclare clairement que tout homme est pécheur et indigne de sa présence (Romains 3. 23) et qu'il mérite le jugement. Avec autant de force, il nous dit qu'il aime chaque être humain et nous indique le moyen d'échapper à sa colère par la foi en Jésus Christ (Jean 3. 16). Il ne nous a rien caché, et il attend en retour que nous lui fassions confiance : c'est la foi. Ne pas le croire, loin d'être une preuve d'humilité, serait une insulte impardonnable. Acceptons l'amour de Dieu et appuyons-nous sur les certitudes qu'il nous donne.

Extrait de la publication "La Bonne Semence" - http://www.bpcbs.com/

Repost 0
Published by Cacahouete - dans Spirituel
commenter cet article
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 07:36


« Gardez les yeux fixés sur Jésus... afin de ne pas vous décourager ni baisser les bras. »
Hébreux 12.3

Faire face à l'épreuve avec courage n'est pas facile, mais le pire c'est quand nous n'en comprenons pas la raison. Nous risquons de laisser cours à la frustration et à l'amertume. Dieu n'a pas l'habitude de nous fournir de longues explications pour nous aider à comprendre Sa manière de travailler ! Il est plus habitué à créer des mondes d'une seule phrase ! Lorsque vous n'obtenez aucune réponse à travers Sa parole, par la prière ou à travers les conseils des autres, vous ne savez plus vers qui ou
quoi vous tourner.

Et vous n'êtes pas le premier ou la première dans une telle situation ! David n'a cessé, à travers les Psaumes de poser cette question à Dieu : « Pourquoi... Pourquoi ? » Ce qui n'empêcha pas Dieu de l'appeler « un homme selon Mon cœur, qui accomplira toute Ma volonté » (
Actes 13.22) !

William Barclay a fait remarquer que l'endurance n'était pas seulement la capacité à résister aux difficultés,mais aussi de pouvoir les utiliser pour croître en maturité et pour rendre gloire à Dieu. Lorsque les réponses se font absentes, la seule question qui importe est de savoir comment survivre. Et la Bible nous indique que Jésus endura l'humiliation de la crucifixion parce qu'Il savait qu'Il connaîtrait ensuite la joie qui Lui était réservée (Relisez Hébreux 12.2), avant de nous conseiller de « garder les yeux fixés sur Jésus, afin de ne pas céder au découragement et à la tentation de tout abandonner. »

Si Jésus a pu endurer la souffrance et l'humiliation, c'est parce qu'Il voyait, au-delà de la croix, la joie qui serait la sienne à l'idée d'avoir accompli la volonté de Son Père, d'avoir sauvé le monde et de voir peu à peu se bâtir Son église. Le Psalmiste a écrit : « J'ai constamment le Seigneur sous les yeux. Quand Il est à ma droite, je ne chancellerai pas »[je ne serai pas découragé, ni ébranlé] (
Psaume 16.8).

L'endurance ne refuse pas la réalité et ses difficultés. Ce n'est pas non plus une forme de ténacité à outrance. L'endurance, c'est garder les yeux fixés sur Jésus et trouver en Lui la force nécessaire pour continuer la lutte jusqu'à la victoire.

Extrait de la publication "Sa Parole pour Aujourd'hui" - Bob Gass
  - http://www.saparole.com

Repost 0
Published by Cacahouete - dans Spirituel
commenter cet article
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 08:16


Tout le monde sur le bateau le surnommait API, peut-être tout simplement car il était haut comme trois pommes ! D’ailleurs, personne ne connaissait vraiment son véritable prénom ! Depuis six mois déjà, API naviguait sur les océans du monde entier. Il s’était présenté un beau matin de juin sur le port de Saint-Malo afin de se proposer comme mousse sur le superbe trois mâts du capitaine William Flemming ; un rêve pour ce petit bout d’homme qui, malgré son très jeune âge, onze printemps, avait déjà trouvé sa voie ; son avenir était pourtant tout tracé ; l’exploitation agricole familiale, très bel héritage au demeurant, lui offrait de belles perspectives et ses parents auraient été bien rassurés de le savoir auprès d’eux. Leur esprit terrien ne pouvait comprendre cet irrémédiable et irrésistible besoin d’eau ! Ils retrouvaient souvent leur fiston assis sur la plage, les pieds enterrés dans le sable, perdu dans ses pensées, les yeux rivés vers l’horizon … les vagues, les embruns, l’écume, le vent …. API était fasciné par la puissance de la mer ; calme ou démontée, elle avait sur lui un pouvoir apaisant ; depuis tout petit, il pouvait prévoir à l’avance les tempêtes, il les sentait arriver … tout bouillonnait à l’intérieur … comme il disait !

 

 

L’appel du large avait été le plus fort … Le jour de ses onze ans, il avait franchi le pont de « L’Excelsior », son baluchon sur le dos, fier de partir à l’aventure. Ses parents lui avaient offert pour l’occasion, un joli couteau gravé de ses initiales … C’était un homme désormais, Il pourrait en avoir besoin. Le cœur de ses parents s’était alors serré … Leur fils partait pour de longs mois et il ne reviendrait pas de sitôt. Une page se tournait. Mais quels parents auraient-ils été en empêchant leur enfant de réaliser son rêve ?

 

 

La réputation du capitaine et de son équipage avait, depuis bien longtemps, fait le tour de la ville. Un peu prince, un peu pirate, William Flemming sillonnait les mers du sud dans le secret espoir de retrouver un trésor perdu … Les anciens loups de mer racontaient qu’il y a plus de vingt ans, une terrible tempête avait entraîné par le fond un galion espagnol empli de richesses : bijoux, lingots, pièces d’or, vaisselle d’argent …. Une fortune que beaucoup de marins rêvaient de découvrir un jour. La mer avait englouti le secret et personne depuis lors n’était parvenu à localiser l’épave du bateau. Au fil des ans, l’histoire était devenue légende.

 

 

API et le Capitaine Flemming avaient un point commun, celui de croire aux légendes et chacun nourrissait le fervent espoir de découvrir ce trésor, non qu’ils souhaitaient devenir riches à tout prix, mais simplement pour être les seuls à avoir vaincu le secret des profondeurs. Malgré leur différence d’âge, ces deux-là se ressemblaient, la mer coulait dans leurs veines … leur sang devait sûrement être un peu salé !!

 

API travaillait dur ; il briquait, astiquait, récurait …. Il mettait du cœur à l’ouvrage pour que « L’Excelsior » rutile de propreté, que les cuivres brillent, et que le pont soit lisse et poli. Toujours joyeux, le sourire aux lèvres, les yeux pétillants, l’équipage l’aimait bien ce petit bout de gamin ; en particulier Pierrot dit « Le Couteau », le cuisinier du bateau qui lui mettait toujours une ration de soupe, un quignon de pain ou un morceau de lard de côté, le soir, après que chacun se soit rassasié de ses bons petits plats. Il trouvait API bien petit pour son âge et il était persuadé que quelques victuailles supplémentaires pouvaient le faire grandir plus vite !

API était heureux ; lorsque ses corvées étaient terminées, il grimpait en haut du plus grand mât et scrutait l’horizon ; l’existence du trésor, il y croyait et il espérait bien découvrir le mystère un jour ou l’autre. Ses yeux avaient peut-être un pouvoir magique, celui de percer les fonds marins !! En tous les cas, sa naïveté et son innocence d’enfant lui permettaient de le penser.

 

Souvent, les dauphins escortaient le bateau ; curieux, espiègles, API avait succombé au charme de ces cétacés danseurs ; leur doux chant avait bercé, à maintes reprises, leur voyage. API s’était également émerveillé en voyant pour la première fois, une petite baleine blanche et son baleineau qui jouaient en se frottant l’un contre l’autre ! Toutes ces beautés confirmaient API dans son choix d’être marin et son bonheur d’être sur l’eau.


 


Six mois s’étaient donc écoulés depuis le départ d’API et le trésor restait toujours introuvable. Jour après jour, le Capitaine et son second étudiaient les cartes, entreprenaient de savants calculs, scrutaient la lune et les étoiles afin de découvrir un indice, une piste qui les mettrait dans la bonne direction. Tout le monde gardait espoir, l’équipage avait confiance et croyait en la légende.

 

Un matin qu’API était installé à son poste d’observateur, tout en haut du mât, il remarqua une tâche sombre au fond de l’eau, une forme étrange ; il donna l’alerte ! Etait-il possible qu’il ait découvert le galion espagnol ? Branle-bas de combat sur le pont, chacun à son poste ! Ho hisse ! Les fonds étaient moins profonds à cet endroit et il fallait faire attention. Le Capitaine donna l’ordre de larguer les amarres et de mettre la chaloupe à la mer. Trois marins descendirent dans l’embarcation munis de cordes et de matériel en tout genre … API ne connaissait pas tout ces outils mais il se doutait qu’ils serviraient à percer, enfin, le mystère de ces fonds marins.

 

Après de longues manoeuvres, l’un des marins parvint à remonter un petit coffre en bois sculpté … une inscription était gravée sur le dessus: « Le Nuevo Mundo » … le nom du galion espagnol abîmé au fond des mers il y a plus de vingt ans maintenant !

 

Le Capitaine souriait, l’équipage jubilait, API exultait ! Le coffre, aussi petit qu’il était, regorgeait de pièces d’or ! Ce n’était que le début de riches découvertes ! Le trésor était à eux … Grâce à API, le Capitaine, l’équipage et toutes leurs familles ne seraient plus jamais dans le besoin ; le bateau pourrait être entièrement réparé, rénové, embelli ; la vie serait incontestablement meilleure désormais, en tous les cas, beaucoup plus simple !

 

Tout le monde entoura API ; Pierrot dit « Le Couteau » le couvrit de baisers, le Capitaine le serra dans ses bras et tous les matelots entonnèrent en chœur un hymne marin en l’honneur de ce petit bonhomme. Du haut de ces onze ans, API le petit mousse avait, en quelques heures, changé le destin de quelques hommes.

 

Plus tard, bien plus tard, quand API grandit un peu et dès qu’il eut pris quelques centimètres, il devint Capitaine d’une magnifique flibuste qu’il baptisa « Rêve d’Enfant » …. Mais l’histoire n’en dit pas davantage !

 

La morale de cette histoire est qu’il faut toujours garder espoir, conserver son âme d’enfant et tâcher de regarder le monde avec des yeux purs et innocents. La vie n’en sera que plus belle.

 

Cacahouète

© Copyright

Repost 0
Published by Cacahouete
commenter cet article