Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Cacahouete
  • : Pour tous les amoureux de Jésus; pour tous ceux qui ont la foi; pour tous ceux qui croient en la vie éternelle; pour tous ceux qui attendent le retour de Jésus; pour tous ceux qui louent, adorent et prient Dieu; pour tous ceux qui aiment écrire.
  • Contact

Archives

Mes amis et mes proches

H-lo-se-21-mois-vend-e.jpg Cacahouète

C-leste-2.jpg  Céleste
Oscar-2.jpg Oscar
PAPA-ET-MAMAN.jpg Mamie-si et Papy-ri 
P1010011-copie-1.jpg Uriane
 Mamie et Papou
WILY-ET-VERO.jpg Wily et Véro
MARTINE--.jpg Martine
AURORE.jpg Aurore
 Maryvonne et Joselin
P1010131.jpg Evelyne et Claude
PHILIPPE-ET-CHRISTELLE.jpg Christelle et Philippe
Francoise-Eline-Armelle-Fr-d-ric-et-Astrid-2.jpg Fred, Françoise, Astrid et Armelle
 LYDIE-MARIE.jpg  Lydie-Marie
Photos-364-V2.jpgGrace et Jon
NATHALIE-ET-LAURENT.jpg Nathalie et Laurent
Jean-Fran-ois-2.jpg Jeff
 Armelle
CLOTILDE-ET-DAVID.jpg Clotilde et David
ISABELLE-ET-ERIC.jpg Isabelle et Eric
ISABELLE-ET-GUILLAUME429.jpg Isabelle et Guillaume
P1010130-copie-1.jpg Nicole
P1030721.jpg Marianna, Andon and Co
VIRGINIE.jpg Virginie
N3388.jpg Roxane et Fred
Photo-037---2.jpg Jacques
Photo-040.jpg Elisa

Les Enseignements De Dieu

Ma musique

NOUVEAUTÉS - Lumière du Monde

Luc Dumont "Lumière du Monde"

 

 
Paul Baloche "Ouvre les yeux de mon coeur"

 
Brian Doersken "Live in Europe"

 
Luc Dumont "Live"

 
Embrase nos coeurs 2009

 
Stéphane Quéry "L'Espoir d'une génération"

 
Third Day "Everywhere you are"

 
Israël New Breed " Live a deeper level"

 
Luc Dumont "Live 2 Je peux tout"

41suwsvGXEL SL160 AA115 
U2 "Best Of 1980-2000"

Mes livres

    
La Bible d'étude "Esprit et Vie"

 

John Bunyan "Le voyage du pélerin"

      
Manga "Le Messie"

51-8S7qjoAL__SL160_AA115_.jpg
Manga "La Métamorphose"

    
Patrick Fontaine "L'Esprit de la promesse"

     miniature.jpg
Loren Cunningham et David Hamilton
 "Et pourquoi pas les femmes"

    
David Wilkerson "La croix et le poignard"

    
Bob Gosset "Le fruit de nos paroles"

     book3.gif
Patrick Fontaine "Aux armes citoyens"

     john-bevere.jpg
John Bevere
"Comment réagir quand vous êtes maltraités"

     bob-gass.jpg
Bob Gass "Sa parole pour aujourd'hui"

51CzG9d5u8L__SL160_AA115_.jpg
Alain Auderset "Marcel"

51iaEjrBOlL__SL160_AA115_.jpg
Alain Auderset "Idées reçues"

61zvTn8yk3L SL160 AA115
Alain Auderset "Robi"

51GRPP2H78L__SL500_AA240_.jpg
Georges Dawson "Life is so good"


Luis Sepulveda
"Le vieux qui lisait des romans d'amour"


Katherine Pancrol "Les yeux jaunes de crocodiles"


Katherine Pancrol "La valse lente des tortues"

 

 

Katherine Pancrol

"Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi"

 

Détails sur le produit

Mary Ann Shaffer, Annie Barrows et Aline Azoulay-Pavcon

"Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates"


Myrielle Marc "Orfenor tome 1 - Natalène"


Myrielle Marc "Orfenor tome 2 - Tristan"


Eran Kroband "Petite plume"


Pierre Péju "La petite chartreuse"

gavalda.jpg
Anna Gavalda "Ensemble c'est tout"

le-prince.jpg
Antoine de Saint-Exupéry "Le petit prince"

Mes films et DVD


     "La petite maison dans la prairie"


     "Joséphine ange gardien"


     "Gilmore girls"

    133_172440.jpg
    "Les routes du paradis"

51oQUjzl3vL__SL160_AA115_.jpg
    "Forest Gump"

41puosrsNbL__SL160_AA115_.jpg
     "Platoon"

51DVJ72JY9L__SL160_AA115_.jpg
     "The Rose"
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 14:10

www.saparole.com

 

Mon Père travaille depuis toujours, et Moi aussi, Je travaille.” Jean 5.17

 

   

 

 

Un voyageur de commerce en visite chez un client fut très surpris de découvrir un grand chien en train de vider les corbeilles à papier des bureaux. “Cela fait partie de l’emploi !’ lui déclara le chien avec bonne humeur ! Le commercial, sidéré, lui répondit : “Votre maître sait-il qu’il a l’immense privilège de posséder un chien capable de parler ?” “Oh non !” répliqua le chien, “Et ne lui dites rien, je vous en prie. S’il le savait, je devrais aussi répondre au téléphone !”

 

La Bible dit : “Le seul bonheur pour les êtres humains, c'est... de profiter des résultats de leur travail... C'est Dieu qui donne ce bonheur” (Ecclésiaste 2.24). Max Lucado a dit : “Avant de donner à Adam une femme ou un enfant, Dieu lui donna un emploi “dans le jardin d’Eden, pour le cultiver et pour le garder” (Genèse 2.15). Dieu considère le travail comme important dans la vie des humains au point d’y avoir consacré l’un des Dix Commandements. “Vous travaillerez pendant six jours, mais le septième jour, vous arrêterez de travailler...” (Exode 34.21).

  

Si nous mettons l’accent seulement sur le jour du repos, nous risquons de passer à côté du commandement qui est en fait de travailler. Votre travail compte aux yeux de Dieu et profite à la société. Les villes ont besoin de plombiers... Les nations ont besoin de soldats... Les réverbères s’éteignent parfois, les os se brisent parfois, les enfants ont besoin d’être éduqués et disciplinés, même ceux qui deviendront plus tard de nouveaux Caïn ! Quel que soit votre travail, vous imitez Dieu en le faisant, car Jésus a dit : “Mon Père travaille depuis toujours et Moi aussi Je travaille” (Jean 5.17).

  

Votre emploi occupe la moitié de votre vie. Ne devrait-il pas exalter Dieu ? Ces 35, 40 ou 50 heures par semaine, ne Lui appartiennent-elles pas aussi ? La Bible ne prône jamais de se “tuer” au travail comme pour oublier les souffrances de la vie, Dieu s’attend seulement à ce que les hommes et femmes valides s’occupent des jardins qu’Il leur confie. Servez-vous donc de vos talents (pour lesquels vous êtes unique), pour glorifier Dieu (la raison pour laquelle Il vous les a donnés), chaque jour de votre vie. 

 

 

 

“Dieu tient à ce que vous fassiez preuve d’intégrité sur votre lieu de travail.” Proverbes 16.11 LM

 

Le Directeur des ressources humaines fut plus qu’étonné lorsque le candidat qui postulait à un emploi dans sa compagnie lui indiqua le salaire qu’il voulait recevoir : “Vous espérez vraiment un salaire plus qu’honorable pour un simple débutant !” A quoi le postulant répondit : “C’est normal, après tout, le travail est beaucoup plus dur quand on ne sait pas comment le faire !” Une histoire amusante, certes, mais Dieu “tient à ce que vous fassiez preuve d’intégrité sur votre lieu de travail, car votre emploi est Son affaire” (Proverbes 16.11 LM).



Vous devez produire un travail décent pour un salaire décent. Eric Harvey a dit : “Pensez à quelqu’un que vous connaissez comme une personne douée d’un caractère intègre et juste puis réfléchissez un moment sur les qualités qui font d’elle un modèle pour les autres.

 

Probablement la première caractéristique est un engagement sans faille envers sa famille et ses amis, le désir de toujours produire le meilleur d’elle-même que ce soit au travail ou en dehors, de toujours agir avec justice, noblesse et intégrité. Les gens qui font preuve d’engagement et de loyauté savent autant obéir à la sagesse de leur cerveau qu’à la compassion de leur coeur. Ils savent organiser leurs priorités et garder à l’esprit ce qui est le plus important. Leur conduite est en accord avec leurs croyances.Et leur comportement de tous les jours détermine à la fois leur caractère, leur réputation et l’héritage qu’ils laisseront derrière eux.”



Abraham Lincoln a remarqué : “L’engagement transforme une promesse en réalité. Ce sont les mots qui dévoilent vos intentions et les actions qui vont bien au-delà de vos paroles. L’engagement, c’est pouvoir trouver du temps pour agir quand le temps fait défaut, c’est persévérer semaine après semaine, année après année sans jamais se rendre. L’engagement, c’est l’ingrédient essentiel d’un caractère intègre. C’est ce qui permet de faire changer les choses, d’améliorer un peu le monde, la victoire journalière de l’intégrité sur le scepticisme.”



Un admirateur s’approcha du célèbre pianiste Van Cliburn, à l’issue d’un de ses concerts pour lui dire : “Je donnerais ma vie pour pouvoir jouer comme vous !” Avec un sourire Van Cliburn répondit : “C’est exactement ce que j’ai fait !”  

 

 

www.saparole.com "Tout ce que vous faites, faites-le... comme pour

le Seigneur.”  Colossiens 3.23

 

 

 

 

 

 

Dr. Adrian Rogers a dit : “Dieu choisit des gens ordinaires et leur donne la force d’accomplir des choses extraordinaires. Que vous montiez des pneus sur leurs jantes, creusiez des tranchées, laviez de la vaisselle ou élaboriez des logiciels, faites tout “comme pour le Seigneur.”

 

La maison où vivait Jésus était celle d’un travailleur. Qu’il s’agisse de réparer une charrue ou restaurer une âme blessée, Jésus accomplissait le travail de Dieu, parce que les hommes ont besoin de maison et de meubles.

 

Savoir que vous êtes au service du Seigneur ajoute de la dignité à n’importe quelle tâche, changer l’huile d’une voiture comme distribuer du courrier, peindre les murs d’une maison comme tondre une pelouse. Dites à Dieu :

 

“Je fais ceci pour Toi et je vais y mettre toute mon énergie.” Ce genre d’attitude vous enflammera d’enthousiasme. Vous êtes un prêtre au service du Seigneur, et employé à plein temps. Si cette pensée ne met pas des étoiles dans vos yeux, c’est que vous avez trop regardé le soleil à midi ! Comme l’a fait remarquer Leigh Kearney : “Aucun emploi n’est parfait. Certains aspects ne sont pas très excitants. Mais adoptez la bonne perspective : découvrez la direction que prend l’entreprise où vous travaillez et voyez comment vous pouvez y contribuer. Approchezvous des autres, découvrez ce qui compte pour vos collègues et voyez comment vous pouvez les aider.”

  

Si vous soutenez les autres avec assez de force, vous pourrez atteindre presque tout ce que vous voulez. Souvenez-vous des points les plus importants :

  

1- Engagement. Les ouvriers qui réussissent sont ceux qui osent s’engager à fond dans leur travail.

2- Contrôle de soi. La passivité, la paresse ne mènent nulle part. Vous devez toujours chercher à aller de l’avant.

3- Défis. Vous devez voir les circonstances difficiles comme des opportunités pour vous développer.

 

N’attendez pas que votre bateau entre dans le port : jetez-vous à l’eau pour aller à sa rencontre ! Ayez de l’audace, faites des plans avant d’en parler à votre patron. N’arrêtez pas d’apprendre, discutez avec les autres et n’ayez pas peur de vous lancer dans des projets qui vous sortiront de votre zone de confort !

  

 

Extrait de la publication "Sa Parole pour Aujourd'hui" - Bob Gass - http://www.saparole.com

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 18:02

 

 

 

Première semaine de janvier, premières décisions de l'année. Promesses de mieux faire, ou de ne plus faire. Promesses d'être ou de ne plus être. Promesses de commencer ou d'arrêter... Chacun de nous l'a fait au moins une fois, avec plus ou moins de sincérité, et l'espoir que cela “marcherait”. Mais avec les années et l'expérience, nous savons tous que très peu de ces voeux pris avec détermination deviendront des réalités permanentes de notre vie.

Combien de nos résolutions n'ont pas même dépassé la première semaine ou le premier mois ?

Pourquoi cette tradition des voeux au moment de démarrer une nouvelle année ?

Sans doute pouvons nous remonter au besoin de se voir donner une seconde chance. Au désir de mieux faire, d'améliorer notre qualité de vie, de reprendre le contrôle de notre existence dans les domaines où nous l'avons perdu.

Sur un plan spirituel, ces résolutions ont rarement plus de consistance. Pourquoi ?

Parce qu'elles reposent le plus souvent sur notre seule volonté, nos regrets, notre culpabilité aussi. Autant de motivations qui ne sont pas fondées sur une vraie décision spirituelle, un vrai changement en profondeur.

Alors, quel voeu pour cette nouvelle année ?

Celui de demeurer en Christ, dans son amour.

Il nous aime et son amour pour nous ne dépend pas de ce que nous pouvons réaliser ou pas. Ni du nombre de nos victoires ou de nos échecs.

Souvenons nous cette année, qu'Il nous a aimé alors que nous ne le connaissions pas. Qu'Il a donné sa vie pour nous quand nous étions encore ses ennemis.

Il a montré la nature inconditionnelle de son engagement à notre égard une fois pour toutes.

Pourquoi essayons nous si souvent de gagner son affection, comme si elle ne nous était pas acquise?

Souvent le désir de “faire” pour Christ, nous a poussé dans des activités qu'Il ne nous avait pas demandé, pourquoi ? Sans doute à cause du besoin d'être rassurés sur nous-mêmes, d'essayer de lui plaire, d'être approuvés par Lui, de compenser nos échecs, nos chutes...

Nous sommes pardonnés en Christ. Rien de ce que nous pouvons faire ne peut nous gagner son pardon, il nous suffit juste de l'accepter.

Combien de fois aussi avons nous cherché à “aider” Christ à exaucer nos prières, quand nous n'étions pas certains de sa capacité ou de son désir ? Pourquoi ce manque de foi ?

Christ, lui-même ne faisait que ce qu'il voyait le Père faire. (Jean 15:9) Suivons son exemple et ne cherchons pas à devancer Dieu, Il n'est jamais en retard !

Choisissons pour cette année de nous souvenir de ses Paroles: “Je suis le cep, vous êtes les sarments, celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vos ne pouvez rien faire” (Jean 15:5).

Oui, BEAUCOUP ! De quelle façon ? En demeurant dans une position de FOI en Christ. Il est en contrôle. Seule notre foi lui est agréable. (Hébreux 11:6) Si nous semons avec Lui dans notre vie, nous pouvons être sûrs que la récolte sera au rendez-vous.

Faisons lui confiance pour les circonstances de notre vie, comme pour les temps et les lieux. Nous Lui avons confié notre existence, Il n'en a pas perdu le contrôle, même si les évènements actuels de votre vie semblent vous prouver l'inverse. Ce que notre Dieu attend de nous c'est que nous lui fassions confiance en toutes circonstances, et que nous nous attendions à Lui, Il est fidèle !

Une idée de voeu pour cette année:

Mon épouse et moi, dès les premiers temps de notre appel au ministère, avons pris un engagement devant Dieu: Celui de ne jamais lui dire NON.

Quelle prise de risque, quelle aventure ! Mais jusqu'à ce jour, nous n'avons jamais regretté une seule seconde cette décision.

A t'il toujours été facile de tenir cette parole? Non ! Mais notre voeu était et reste basé sur le fait que quand Dieu nous propose quelque chose de nouveau dans nos vies ou à son service, Il connait nos circonstances, nos capacités, nos limites, nos peurs, et nos incertitudes. Et qu'Il nous garanti dans Sa parole qu'aucune tentation ou épreuve n'irait au delà de nos forces, mais qu'il pourvoirait pour que nous puissions en sortir victorieux. (1 Corinthiens 10:13). Alors, nous l'avons cru !

En fait, ce voeu a sans doute été la meilleure décision de notre existence.

Il connait nos coeurs et sait de quoi nous sommes fait. Jamais sa conduite remplie de tendresse et de compréhension ne nous a fait défaut. Il nous a emmené sur des chemins que jamais nous n'aurions imaginés possibles, même dans nos rêves les plus insensés. Il a toujours et en tout été fidèle à Sa parole.

Alors, ferez-vous le voeu cette année de lui obéir, quel que soit son appel ? Êtes-vous prêts à lui dire OUI ?

 

 

Article rédigé par Eric-Vincent Dufour - Top Chrétien - 6 janvier 2011

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 08:36
 
Tout cela a été écrit afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie par son nom. Jean 20. 31
 
 
 

 

Vous y découvrirez Jésus de Nazareth, un homme qui a vécu comme nous, et qui était pourtant si différent puisqu'il était saint, sans péché. Ses paroles percutantes, ses paroles d'amour, prononcées il y a maintenant environ 2000 ans, sont toujours actuelles, et ne peuvent pas laisser indifférent. Vous y découvrirez le récit de sa vie humble, de sa condamnation injuste et de sa mort. Vous y découvrirez surtout que cet homme était le Fils unique de Dieu. Par amour pour nous, il s'est laissé clouer sur une croix. Mais Dieu l'a ressuscité.

 

Oui, Jésus est vivant, hier comme aujourd'hui, pour tous ceux qui cherchent leur route et qui éprouvent la crainte d'avoir affaire à Dieu. Jésus a dit : “Moi je suis le chemin, et la vérité, et la vie”. À ceux qui reconnaissent leurs fautes, il accorde son pardon. À ceux qui ont peur de la mort, il veut donner la vie éternelle. À ceux qui sentent un vide dans leur cœur, il fait connaître Dieu comme un Père.

 

Oui, Jésus est vivant, et il nous parle. Il n'est pas du tout inaccessible. Il veut même vivre en nous et promet de se révéler à tous ceux qui le cherchent sincèrement en vérité, avec humilité et dans la prière.

 

Aucune situation n'est désespérée, car celui qui a tout créé nous aime et veut transformer entièrement notre vie, dès maintenant, si nous croyons en lui.

 

Extrait de la publication "La Bonne Semence" - http://www.bpcbs.com

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 08:34
 
Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant. Psaume 42. 2
 
Jésus se tint là, et il cria : Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi et qu'il boive. Jean 7. 37

 

 

 

L'eau est indispensable à la vie. Notre corps est constitué d'environ 60 % d'eau. Être privé de boisson quelques jours seulement conduit à la mort. La soif agit donc sur le plan physique comme un système d'alarme. Mais, sur le plan spirituel, n'y a-t-il pas quelque chose de semblable ?

 

Il y a longtemps, une femme venue chercher de l'eau au puits y rencontre Jésus (Jean 4. 7-27). Il lui demande simplement : “Donne-moi à boire”. Et il saisit l'occasion de cette rencontre pour parler de la soif intérieure de tout être humain. Il lui déclare : “Celui qui boira de l'eau que je lui donnerai, moi, n'aura plus soif, à jamais ; mais l'eau que je lui donnerai sera en lui une fontaine d'eau jaillissant en vie éternelle”.

 

La conscience de cette femme s'éveille, la lumière pénètre en elle. Elle perçoit qu'elle est en face de la source de la vie, de l'amour divin, et de toute vraie joie. Désabusée, le coeur vide, elle boit maintenant ces paroles du Christ. Qui avait plus besoin qu'elle de cette eau jaillissant en vie éternelle ?

 

Comment rencontrer aujourd'hui Celui qui peut combler nos aspirations les plus profondes ? Écoutons-le nous parler au travers des évangiles. Ses paroles sont cette eau vive qui donne la vie éternelle.

 

Écoutons-le encore nous dire à la fin de la Bible : “Que celui qui a soif vienne ; que celui qui veut prenne gratuitement de l'eau de la vie” (Apocalypse 22. 17).

 

 

Extrait de la publication "La Bonne Semence" - http://www.bpcbs.com

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 08:41

 

   

 

L'espoir

 

Je ne dis pas : il est trop tard, 

Nous avons laissé se mourir la terre,

Elle ne portera plus

Les fruits de la lumière

Et ses graines de vie.

  

Je dis : le ciel demeure

Ouvert au soleil, aux étoiles,

Tous les arbres n’ont pas péri,

Les feux brûlent aussi de joie.

Je ne dis pas : Il fait si noir

Que les hommes ne peuvent plus voir

Le visage de ceux qu’ils aiment,

Ils ont oublié le silence

Mais ne savent plus se parler.

  

Je dis :Chaque aube tient promesse,

Elle te rend ce que la nuit

Avait effacé pour toujours,

Les fleurs, l’espoir, le goût du vent

Sur les plages bleues du matin.

   Je ne dis pas : Les sources sont taries.
 

Je dis que rien jamais n’est perdu,

C’est à toi de creuser plus profond,

Pour que l’eau pure à nouveau jaillisse.
        

   Pierre Gabriel
Chaque aube tient parole
Cheyne éditeurs

    

        

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 11:06

Donne-moi cette montagne dont le Seigneur a parlé...” Josué 14.12

 

L’amiral Joe Fowler servit dans la Marine des Etats-Unis au cours des deux guerres mondiales. En tant qu’architecte naval il dessina les plans des deux plus grands porte-avions américains, le USS Lexington et le USS Saratoga.

 

Il prit sa retraite en 1948. Peu de temps après, Walt Disney lui demanda de s’occuper des plans et de la construction d’un parc d’attractions en Californie. Personne n’avait encore élaboré un tel projet, mais Fowler s’en acquitta parfaitement en 1955 et continua à diriger ensuite le parc pendant plusieurs années. Lorsque Walt Disney décida d’en construire un nouveau en Floride, le projet fut à nouveau confié à Fowler. Lorsque celui-ci fut terminé, en 1971, Fowler était âgé de 71 ans. Fin de l’histoire ?

 

Pas tout à fait ! Fowler était âgé de 87 ans quand la société Walt Disney lui demanda de gérer la construction d’un nouveau centre futuriste, l’Epcot Center. Quand on demanda à Fowler pourquoi il avait accepté de mener à bien ce nouveau projet alors qu’il venait de fêter ses 87 ans, il répondit : “Vous n’êtes pas obligé de mourir avant de l’avoir décidé !” Il termina la construction de ce centre en 1993 et remisa enfin sa planche à dessin à l’âge de 99 ans ! Sa mission était désormais accomplie !

A l’âge de 85 ans, Caleb demanda à Josué : “Donne-moi cette région montagneuse que le Seigneur
m’a promise... [il y a 45 ans] !” (Josué 14.12). Et il réussit à la conquérir ! Vous aussi, ne cessez pas de grimper. Certes, vous vous tromperez de chemin parfois ! Henry Ford oublia de monter une marche arrière dans la boîte de vitesse de sa première voiture ! Il fit faillite à cinq reprises avant de lancer sa célèbre marque d’automobiles ! Ne vous attendez pas à ne jamais trébucher dans la côte, mais si vous recherchez toujours l’aide de Dieu, et si vous restez à Ses côtés, vous atteindrez le sommet. En vérité vous ne connaîtrez la défaite que si vous laissez vos doutes et vos regrets l’emporter sur vos rêves.

 

Extrait de la publication "Sa Parole pour Aujourd'hui" - Bob Gass - http://www.saparole.com

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 12:59
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 08:32

 

 

Il est un mal, que-dis-je, un fléau qui infecte les assemblées chrétiennes comme peut infecter une plaie purulente qui, lorsqu’elle n’est pas traitée entraîne de lourdes conséquences sur tout le corps. Je veux parler de l’amertume.

 

Trop souvent invisible à cause de la subtilité de son action, l’amertume est un des poisons les plus dangereux pour le corps du Christ. Son action est décrite par l’auteur du livre au Hébreux : « Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu; à ce qu'aucune racine d'amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n'en soient infectés » (Hébreux 12 :15).

L’amertume est un mélange de dépit, de tristesse et de révolte causé par des souffrances que l’on estime injustes, c’est du ressentiment. C’est ce qui résulte d’une colère qui n’a pas éclaté, d’un manque de pardon, d’une situation équivoque qui ne trouve pas d’explication ou face à laquelle on se sent impuissant.

 

De même qu’une racine est invisible car enfouie dans le sol, l’amertume naît dans le cœur et ne se voit pas. Le monde est fait d’injustices et d’inégalités qui conditionne la société dans une forme d’amertume perpétuelle : on est révolté par la violence, par la faim dans le monde, par le trou de la sécu, par le bouclier fiscal, par la crise économique et par celle des logements… On est révolté par la loi : grèves sur grèves, manifestations sur manifestations sans jamais vraiment obtenir satisfaction et on en garde un goût amer. Un goût amer tel qu’en laissent les blessures du cœur gravées dans l’âme… Ces blessures avec lesquelles on vient au Seigneur.

 

Ces prisons dans lesquelles on reste quand on ne connaît pas Christ. Jésus est le seul qui nous décharge de nos fardeaux, il dit : « L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur. »Luc 4 :14-18.

A la nouvelle naissance nous obtenons un cœur nouveau et un esprit nouveau (Ezéchiel 36 :26), la vie de l’Esprit commence alors en nous et notre perfectionnement suit son cours à mesure que notre âme est restaurée. Nous jouissons de la grâce de Dieu, de la plénitude d’une intimité avec le Père, délivrés du péché et aptes à mener une vie de sainteté. L’accès au lieu très-saint est libre, le sacrifice de Jésus-Christ a rendu cela possible ; c’est merveilleux !

Hélas, quelle désolation lorsqu’une graine produisant de l’amertume se met à germer en nous ! Quand on est injustement accusé, lorsqu’on est vexé, blessé, l’amertume tente à nouveau de s’immiscer dans nos vies. Une prière qui tarde à être exaucée, une épreuve qui dure trop longtemps ou un châtiment divin bien mérité laissent aussi parfois place à l’amertume. Et voilà qu’un enfant de Dieu est aigri ! Contre Dieu, contre les autres et parfois contre lui-même. Contre Dieu parce qu’il a permis cette situation, contre les autres par envie, par jalousie ou parce qu’ils ne nous on pas compris. Contre soi-même parce qu’on n’arrive pas à se pardonner ce que Jésus nous a pardonné, à s’aimer comme Christ nous a aimé, à oublier les erreurs du passé. 

L’amertume laisse pousser des rejetons ! Cela signifie qu’elle a une postérité. Si elle a une postérité cela signifie aussi qu’elle vit. Oui, elle est le symptôme d’une douleur encore vivante, donc d’une plaie béante. Et de même que l’infection d’une plaie non-traitée peut contaminer tout le sang et polluer le corps, l’amertume dans le cœur d’un chrétien est un poison pour l’Eglise.

 

En effet, si la vie de l’Esprit est étouffée par la vie de l’amertume, le chrétien est donc privé de la grâce de Dieu ! Dans la grâce de Dieu il y a la communion avec le Père, le salut par la foi, la vie de sanctification, les dons de l’esprit, la communion fraternelle, l’amour, le fruit de l’Esprit.

 

Or le contraire de l’amertume est la douceur et si une seule racine d’amertume est mêlée au fruit de l’Esprit, alors il n’est plus comestible. Les fruits des arbres que nous sommes sont censés nourrir et nos feuilles servir de remède : « Sur le torrent, sur ses bords de chaque côté, croîtront toutes sortes d'arbres fruitiers. Leur feuillage ne se flétrira point, et leurs fruits n'auront point de fin, ils mûriront tous les mois, parce que les eaux sortiront du sanctuaire. Leurs fruits serviront de nourriture, et leurs feuilles de remède. »(Ezéchiel 47 :12).

Alors ne permettons à aucune racine de germer mais étayons plutôt en nous les sentiments qui étaient en Christ. « Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. »Mathieu 11 :29-30. 

Il va de soi que si ce fruit est contraire à celui de l’Esprit, il est charnel et implique l’égo de l’homme, ce « moi » qui doit mourir totalement pour laisser agir en nous le Saint-Esprit. « N'attristez pas le Saint Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous. »Ephésiens 4 :30-31.

« Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l'envie, […]et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu. »Galates 5 :19-21.7

 
Revêtons-nous du Seigneur Jésus Christ, et n'ayons pas soin de la chair pour en satisfaire les convoitises.

Source: lesdokimos.org - http://nikkos.over-blog.fr

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 08:42

 

“Regardez les oiseaux...” Matthieu 6.26

www.saparole.com


S’adressant à une foule de gens rongés d’inquiétude,

Jésus affirma :“Je vous le dis : ne vous faites pas de souci pour

votre vie...

Regardez les oiseaux...” Et vous pensez peut-être :
“En quoi les oiseaux qui passent là-haut dans le ciel vont-ils

m’aider à ne plus me faire de soucis ?”

 

Si vous vous trouvez dans l’Etatde Pennsylvanie au début de l’hiver, vous pourrez voir des milliers d’oies sauvages venues du Canada en train de se préparer pour leur vol annuel vers les terres du sud.

 

Etudions donc un peu le comportement de ces oiseaux et tirons-en les leçons qui s’imposent.

1- Les oies ne volent jamais seules, mais unies les unes aux autres. Elles ont l’habitude de voler en formation précise, le fameux V que nous voyons souvent traverser le bleu du ciel. Lorsque l’une d’elles frappe l’air de ses ailes, elle crée derrière elle un mouvement d’air ascendant qui aide à soulager le travail de l’oiseau qui la suit. Ensemble, leur capacité à parcourir de longues distances s’accroît de 71%. Même les plus faibles, les plus jeunes ou les plus âgées sont capables de terminer leur migration.

 

Ensemble, elles sont capables d’accomplir ce que seules elles ne pourraient jamais faire. Une leçon importante se dégage de ce détail ; lorsque la Bible affirme : “Ne désertons pas nos assemblées, comme certains en ont pris l'habitude, mais encourageons-nous les uns les autres...” (Hébreux 10.25), cela signifie : “Soutenons-nous les uns les autres et bénéficions chacun du courant ascendant créé par nos frères !” Nous ne sommes pas censés voler en solitaire. L'oeil ne peut pas dire à la main : je n'ai pas besoin de toi ; ni la tête dire aux pieds : je n'ai pas besoin de vous...” (1 Corinthiens 12.21).

 

De temps en temps une oie se détache du groupe, mais elle se fatigue très vite, perd de l’altitude et doit faire beaucoup d’efforts pour rejoindre la formation.

Observez les oiseaux... et tirez-en de bonnes leçons ! 

 

Chaque formation a besoin d’une oie capable de la diriger et de déterminer la vitesse et la cadence du vol. Son rôle est difficile, car c’est à elle de lutter en premier contre le vent et les variations climatiquesrencontrées en chemin. Elle est la première à sentir les bourrasques de pluie frapper son visage, les floconsde neige pénétrer dans ses yeux et les cristaux de glace coller à ses ailes. Quelle que soit la situation,elle doit maintenir sa formation dans la bonne direction.

 

C’est un rôle ingrat, lourd de responsabilitéset fatigant, car elle ne peut se reposer dans le sillage d’un autre oiseau susceptible de créer un mouvementd’air ascendant. Toute la formation dépend de son chef de file. Elle doit persévérer, garder le boncap et mener ses compagnes à bon port.

De même chaque église a son leader : le pasteur. Chaque branche de l’organisation a besoin aussi de responsables, pour conduire les groupes de jeunes, s’occuper des finances, organiser l’aide aux plusdémunis, planifier les rencontres d’évangélisation... etc. Ces responsables doivent prendre des décisions,régler la cadence de leur “formation” et indiquer la bonne direction à ceux qui sont sous leur responsabilité.

 

Chaque église comprend deux genres de personnes : celles qui sont sous-employées etcelles qui cumulent les missions ! Les pasteurs et leaders font partie du second groupe, aussi se fatiguent-ils plus rapidement que les autres. Juste avant que l’oie dirigeante ne se sente complètementépuisée, la formation ouvre un espace en son centre et l’oie s’y glisse, laissant la place à un autre oiseauqui devient le chef de file de la formation.

 

Chaque oiseau prend son tour pour diriger et maintenir la formation jusqu’à sa destination finale. Voilà pourquoi Paul a écrit : “Beaucoup d'articulations servent à unir le corps, et quand chaque partie du corps fait son travail, le corps grandit et se construit...” (Ephésiens 4.16).

 

Ne vous cantonnez pas au rôle d’un simple consommateur au sein de l’église, devenez “producteur”de fruits !

 

Une église pleine de vie a besoin de volontaires susceptibles de remplir les rôles quis’imposent et d’épauler les leaders à tout moment. 

 

Au royaume des oies sauvages, les vieux oiseaux, les très jeunes et les handicapés volent à l’arrière de la formation, protégés sans cesse par les autres. Mais ils ne sont pas isolés, ni mis au rebut ni considérés comme inutiles. Ils remplissent au contraire un rôle vital dans la formation : ce sont eux qui forment le choeur des supporters ! Leur responsabilité est de pousser des cris d’encouragement dès que cela s’avère nécessaire.

 

Au cours du voyage les oies rencontreront des périodes de mauvais temps susceptibles de menacer leur vol. Les chefs de file s’épuiseront à lutter contre les éléments. C’est alors que, de l’arrière-garde, montera un cri solitaire, suivi bientôt d’un choeur tonitruant d’encouragements. Paul avait très bien compris ceci : Encouragez-vous et fortifiez-vous dans la foi les uns les autres...” (1 Thessaloniciens 5.11).

 

Il savait que nous avons besoin d’un choeur spécialisé dans l’encouragement, de gens toujours prêts à nous apporter des paroles pleines de foi et à prier avec nous. Nous avons besoin de ceux qui n’ont pas peur de nous affirmer : “Nous sommes là pour vous soutenir, pour protéger vos arrières !” “Quant à vous, frères, ne vous lassez pas de faire le bien” (2 Thessaloniciens 3.13).

 

Beaucoup de serviteurs de Dieu ont réussi à traverser les heures les plus sombres de leur vie grâce aux prières, aux cris d’encouragement et dans le sillage de quelques vieux “oiseaux” fatigués, couverts de cicatrices, mais aguerris par les luttes successives, qui ont refusé obstinément de laisser leurs frères et leurs soeurs abandonner leur poste. Parfois un hurlement discordant se fait entendre : c’est une oie qui se plaint à haute voix et qui fait éclater son amertume ou sa colère.

 

Le choeur s’empresse de noyer la voix de celle-ci dans un concert de cris joyeux. C’est ainsi que l’unité et le bon ordre sont rétablis au sein de la formation. Le problème qui sape la force de la plupart des églises n’est pas la surabondance des voix négatives en son sein, mais la rareté des voix capables de noyer ces dernières dans un concert de propos positifs et encourageants ! Si quelqu’un crie près de vous : “Nous allons droit à la défaite”, criez encore plus fort : “Nous allons droit à la victoire !” Si vous entendez une voix exprimant de la peur, exprimez à haute voix votre foi !

Quelques mots d’encouragements peuvent submerger un concert de plaintes ! Rejoignez le choeur de l’encouragement et soyez connu comme un “Barnabas”, dont le nom signifie : “Fils d’encouragement” (Actes 4.36).

Les oies sont fidèles toute leur vie. Elles entretiennent des relations sérieuses entre elles, totalement engagées à s’aider et à s’épauler quelles que soient les circonstances. Lorsque l’âge ou les circonstances font qu’un oiseau s’avère incapable de continuer la migration et commence à perdre de l’altitude ou se laisse distancer par la formation en vol, le groupe s’empresser de lui apporter protection, soutien et encouragement.

 

Deux oiseaux en pleine santé quittent la formation pour voler aux côtés de l’oiseau en détresse et le protéger, puis cherchent un refuge adéquat où l’oie fatiguée ou blessée pourra trouver eau et nourriture et recouvrer ses forces. Les deux oiseaux resteront près d’elle tant qu’elle ne sera pas guérie, ou morte, avant de se joindre à une nouvelle formation passant dans les parages. Ils mettront en suspens leur propre voyage afin de s’occuper de l’oiseau en détresse.

Quel exemple merveilleux de la relation entre Christ et nous-mêmes, quel exemple d’un amour totalement désintéressé ! “Dieu a disposé le corps... afin qu'il n'y ait pas de division dans le corps, mais que les membres prennent également soin les uns des autres. Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui...” (1 Corinthiens 12.24-26).

 

Notre culture méprise les nécessiteux et même ceux qui, naguère florissants, peinent aujourd’hui à tenir leur rythme. Mais Dieu exige que nous mettions tout le monde sur un pied d’égalité, en prenant bien soin de ceux qui souffrent. Si un vol d’oies sauvages en est capable, la famille de Dieu doit pouvoir faire de même

Regardez les oiseaux...” dit Jésus, s’ils peuvent agir ainsi les uns envers les autres...“Ne valez-vous pas beaucoup plus que les oiseaux ?” (Matthieu 6.26). L’un des commandements les plus importants (et ce ne sont pas de simples conseils !) est : “Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas d'autre commandement plus grand...” (Marc 12.31).

 

Quand le monde se rendra compte que l’amour règne parmi nous, les gens se bousculeront pour entrer dans nos églises !

 

Les oiseaux qui se sont égarés ou qui ont fait fausse route ne sont pas exclus pour autant de la formation par le reste de leurs congénères. Le vol n’est pas un club élitiste ! Les oies que le mauvais temps, une blessure ou tout autre accident imprévisible ont séparées de leur formation conservent néanmoins leur statut de membre de la communauté des oies sauvages.

 

Le plan de vol, l’heure prévue pour l’arrivée seront recalculés pour permettre à des oies, étrangères à la formation, de se joindre à cette dernière, même si cela risque d’engendrer quelques désagréments. Certains de ces nouveaux arrivants sont sales, fatigués et mal nourris. Mais ils ne sont pas rejetés pour autant. De même l’église de Christ n’est pas un musée tout juste bon à abriter des chefs d’oeuvre. C’est un hôpital ouvert à tous les blessés de la vie, y compris ceux qui se sont infligé leur propre souffrance.

 

Jésus n’a-t-Il pas dit : “Venez à Moi, vous tous qui êtes fatigués de porter un lourd fardeau et Je vous donnerai du repos” (Matthieu 11.28) et J'ai d'autres brebis qui ne sont pas de cet enclos et celles-là aussi, il faut que Je les amène... et il y aura un seul troupeau et un seul berger” (Jean 10.16).

 

La préoccupation principale de Christ est de recruter, de sauver et d’adopter l’étranger au sein de Son troupeau. Ne dites pas : “Mais il ne me ressemble pas, il ne parle pas, il ne s’habille pas comme moi, il n’a pas la même odeur que moi...”

 

C’est normal : nous ne choisissons ni nos frères biologiques, ni nos frères spirituels. C’est Dieu seul qui fait ce choix. Si leur abord est rude et grossier comme du papier de verre, leur contact abrasif nous rendra plus lisses et doux, polissant peu à peu les aspérités de notre caractère !

 

Connaissez-vous les matériaux dont Dieu se sert pour bâtir Son église ? Des débauchés, des idolâtres, des adultères, des dépravés, des homosexuels, des voleurs, des cupides, des ivrognes, des calomniateurs ou des gens malhonnêtes... Voilà ce que certains d’entre vous étaient auparavant. Mais vous avez tous été lavés, sanctifiés et justifiés au nom du Seigneur Jésus Christ et par l'Esprit de notre Dieu” (1 Corinthiens 6.9-11).

 

Nous avons été intégrés à la formation, nous avons été purifiés, sanctifiés, justifiés et nous avons reçu une nouvelle identité, le statut de membre à part entière de la famille de Dieu !

 

Extrait de la publication "Sa Parole pour Aujourd'hui" - Bog Gass - http://www.saparole.com

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 10:37
 
Quelqu'un a beau être dans l'abondance, sa vie ne dépend pas de ses biens. Luc 12. 15
 
Ne vous amassez pas des trésors sur la terre,... mais amassez-vous des trésors dans le ciel. Matthieu 6. 19, 20
 
 

 

“L'argent répond à tout” (Ecclésiaste 10. 19). Mais “gagner plus” ne garantit pas le bonheur. Des économistes de renom ont posé la question : “Seriez-vous plus heureux si vous étiez plus riche ?”. L'analyse des réponses est claire : pour les gens aisés, la consommation des biens matériels n'accroît pas la sensation de bien-être ; au contraire, leurs loisirs sont plutôt générateurs de tension et de stress.

 

Une telle conclusion peut paraître surprenante. L'homme est victime, en fait, d'une illusion : il ressent du plaisir à la pensée de posséder plus d'argent, mais celui-ci ne lui procure pas le bonheur. Il y a longtemps que la Bible a posé ce diagnostic, par la plume d'un roi extrêmement riche : “Quoi que mes yeux aient désiré, je ne les en ai point privés ; je n'ai refusé à mon cœur aucune joie”. Mais quel bilan tire-t-il ? – “Voici, tout était vanité et poursuite du vent” (Ecclésiaste 2. 10, 11).

 

Alors, vers quoi se tourner ? – Vers les vraies richesses : le salut de l'âme, la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, la vie éternelle, l'amour de Dieu. Comment les acquérir ? – Elles sont offertes par Dieu, dans la Bible : “J'ai de la joie en ta Parole, comme un homme qui trouve un grand butin” (Psaume 119. 162).

 

Et pour la vie présente, Jésus dit à ses disciples : “Votre Père céleste sait que vous avez besoin de tout cela ; mais cherchez d'abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus” (Matthieu 6. 32, 33).

 

 

Extrait de la publication "La Bonne Semence" - http://www.bpcbs.com

Partager cet article
Repost0