Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Cacahouete
  • : Pour tous les amoureux de Jésus; pour tous ceux qui ont la foi; pour tous ceux qui croient en la vie éternelle; pour tous ceux qui attendent le retour de Jésus; pour tous ceux qui louent, adorent et prient Dieu; pour tous ceux qui aiment écrire.
  • Contact

Mes amis et mes proches

H-lo-se-21-mois-vend-e.jpg Cacahouète

C-leste-2.jpg  Céleste
Oscar-2.jpg Oscar
PAPA-ET-MAMAN.jpg Mamie-si et Papy-ri 
P1010011-copie-1.jpg Uriane
 Mamie et Papou
WILY-ET-VERO.jpg Wily et Véro
MARTINE--.jpg Martine
AURORE.jpg Aurore
 Maryvonne et Joselin
P1010131.jpg Evelyne et Claude
PHILIPPE-ET-CHRISTELLE.jpg Christelle et Philippe
Francoise-Eline-Armelle-Fr-d-ric-et-Astrid-2.jpg Fred, Françoise, Astrid et Armelle
 LYDIE-MARIE.jpg  Lydie-Marie
Photos-364-V2.jpgGrace et Jon
NATHALIE-ET-LAURENT.jpg Nathalie et Laurent
Jean-Fran-ois-2.jpg Jeff
 Armelle
CLOTILDE-ET-DAVID.jpg Clotilde et David
ISABELLE-ET-ERIC.jpg Isabelle et Eric
ISABELLE-ET-GUILLAUME429.jpg Isabelle et Guillaume
P1010130-copie-1.jpg Nicole
P1030721.jpg Marianna, Andon and Co
VIRGINIE.jpg Virginie
N3388.jpg Roxane et Fred
Photo-037---2.jpg Jacques
Photo-040.jpg Elisa

Les Enseignements De Dieu

Ma musique

NOUVEAUTÉS - Lumière du Monde

Luc Dumont "Lumière du Monde"

 

 
Paul Baloche "Ouvre les yeux de mon coeur"

 
Brian Doersken "Live in Europe"

 
Luc Dumont "Live"

 
Embrase nos coeurs 2009

 
Stéphane Quéry "L'Espoir d'une génération"

 
Third Day "Everywhere you are"

 
Israël New Breed " Live a deeper level"

 
Luc Dumont "Live 2 Je peux tout"

41suwsvGXEL SL160 AA115 
U2 "Best Of 1980-2000"

Mes livres

    
La Bible d'étude "Esprit et Vie"

 

John Bunyan "Le voyage du pélerin"

      
Manga "Le Messie"

51-8S7qjoAL__SL160_AA115_.jpg
Manga "La Métamorphose"

    
Patrick Fontaine "L'Esprit de la promesse"

     miniature.jpg
Loren Cunningham et David Hamilton
 "Et pourquoi pas les femmes"

    
David Wilkerson "La croix et le poignard"

    
Bob Gosset "Le fruit de nos paroles"

     book3.gif
Patrick Fontaine "Aux armes citoyens"

     john-bevere.jpg
John Bevere
"Comment réagir quand vous êtes maltraités"

     bob-gass.jpg
Bob Gass "Sa parole pour aujourd'hui"

51CzG9d5u8L__SL160_AA115_.jpg
Alain Auderset "Marcel"

51iaEjrBOlL__SL160_AA115_.jpg
Alain Auderset "Idées reçues"

61zvTn8yk3L SL160 AA115
Alain Auderset "Robi"

51GRPP2H78L__SL500_AA240_.jpg
Georges Dawson "Life is so good"


Luis Sepulveda
"Le vieux qui lisait des romans d'amour"


Katherine Pancrol "Les yeux jaunes de crocodiles"


Katherine Pancrol "La valse lente des tortues"

 

 

Katherine Pancrol

"Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi"

 

Détails sur le produit

Mary Ann Shaffer, Annie Barrows et Aline Azoulay-Pavcon

"Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates"


Myrielle Marc "Orfenor tome 1 - Natalène"


Myrielle Marc "Orfenor tome 2 - Tristan"


Eran Kroband "Petite plume"


Pierre Péju "La petite chartreuse"

gavalda.jpg
Anna Gavalda "Ensemble c'est tout"

le-prince.jpg
Antoine de Saint-Exupéry "Le petit prince"

Mes films et DVD


     "La petite maison dans la prairie"


     "Joséphine ange gardien"


     "Gilmore girls"

    133_172440.jpg
    "Les routes du paradis"

51oQUjzl3vL__SL160_AA115_.jpg
    "Forest Gump"

41puosrsNbL__SL160_AA115_.jpg
     "Platoon"

51DVJ72JY9L__SL160_AA115_.jpg
     "The Rose"
/ / /

Depuis la chute, cette terre est un lieu de grandes souffrances. Ce sont d’abord toutes les souffrances associées au péché, ou qui sont les conséquences du péché. Ces souffrances-là, le Seigneur Jésus est venu nous en délivrer, et Il ne veut pas que nous les subissions.

  

Mais il y a des souffrances dont nous ne pourrons pas être délivrés. Ce sont toutes les souffrances qui découlent du fait que nous sommes des enfants de Dieu qui vivent dans un monde contrôlé par Satan. Ces souffrances, nous devons les accepter, et les traverser en donnant un bon témoignage, tout en sachant que nous en serons un jour complètement délivrés, et qu’elles produiront pour nous un poids éternel de gloire, à condition de bien en comprendre le sens, et de les vivre dans l’esprit et non dans la chair !

 

« Quand ils (Paul et Barnabas) eurent évangélisé cette ville et fait un certain nombre de disciples, ils retournèrent à Lystre, à Icone et à Antioche, fortifiant l’esprit des disciples, les exhortant à persévérer dans la foi, et disant que c’est par beaucoup de tribulations qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu » (Actes 14: 21-22).

 

Dès qu’ils faisaient des disciples, Paul et Barnabas ne perdaient pas de temps à les prévenir qu’il leur faudrait traverser beaucoup de tribulations pour entrer dans le Royaume de Dieu, et qu’ils devraient donc persévérer dans la foi. Car seule une foi persévérante et forte pourrait leur permettre de traverser ces souffrances et ces tribulations d’une manière digne du Seigneur.

 

C’est aussi ce qu’écrit l’auteur de l’épître aux Hébreux:

« Souvenez-vous de ces premiers jours, où, après avoir été éclairés, vous avez soutenu un grand combat au milieu des souffrances, d’une part, exposés comme en spectacle aux opprobres et aux tribulations, et de l’autre, vous associant à ceux dont la position était la même. En effet, vous avez eu de la compassion pour les prisonniers, et vous avez accepté avec joie l’enlèvement de vos biens, sachant que vous avez des biens meilleurs et qui durent toujours. N’abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération. Car vous avez besoin de persévérance, afin qu’après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis » (Hébreux 10: 32-36).

 

Tous ceux qui veulent vivre saintement et pieusement seront nécessairement persécutés !

 

« Pour toi, tu as suivi de près mon enseignement, ma conduite, mes résolutions, ma foi, ma douceur, ma charité, ma constance, mes persécutions, mes souffrances. A quelles souffrances n’ai-je pas été exposé à Antioche, à Icone, à Lystre? Quelles persécutions n’ai-je pas supportées? Et le Seigneur m’a délivré de toutes. Or, tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés » (2 Timothée 3: 10-12).

 

Satan, le maître de ce monde, s’acharnera toujours contre les disciples du Seigneur Jésus. Au travers de ces disciples, c’est leur Seigneur qu’il veut attaquer, car il sait que le Seigneur souffre au travers de Ses disciples persécutés. Mais c’est à nous de nous rappeler que le Seigneur nous délivrera de toutes ces souffrances et de toutes ces persécutions, pourvu que nous gardions les yeux sur Lui et que nous restions dans la foi !

Nos yeux ne doivent donc pas être fixés sur nos souffrances, mais sur la fin de toutes ces choses, et sur la gloire à venir qui nous attend !

 

« L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers: héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui. J’estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous » (Romains 8: 16-18).

 

Bien-aimés, les souffrances que nous devons endurer sur cette terre sont un passage obligé ! Elles seront donc passagères ! Notre héritage divin comprend aussi notre participation aux souffrances de Christ, si nous voulons être glorifiés avec Lui ! C’est pour cela que, si nous regardons à la grandeur de la gloire à venir, en comparaison, nos souffrances présentes perdront toute leur importance !

 

Nous devons donc bien nous imprégner de cette grande vérité : notre connaissance de Christ est inséparable de notre participation à Ses souffrances.

 

Il ne s’agit donc pas des souffrances que nous devons normalement subir quand nous avons fait quelque chose de mal. Mais il s’agit des souffrances que nous devons subir pour Christ, alors que nous n’avons rien fait de mal mais que, tout au contraire, nous avons accompli les oeuvres justes de Jésus.

 

« Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ. Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ, et d’être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s’obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi, afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, si je puis, à la résurrection d’entre les morts » (Philippiens 3: 7-11).

 

La connaissance de Christ est inséparable de la communion à Ses souffrances. En effet, notre connaissance de Christ, notre communion spirituelle avec Lui, nous permet de marcher sur cette terre comme Lui-même a marché. Et si nous marchons comme Jésus a marché, dans Son amour et Sa justice, nous ne pouvons pas espérer être traité mieux que Lui ! Tout disciple accompli sera comme Son Maître, et il sera aussi traité comme Son Maître l’a été !

 

Quelles ont donc été les souffrances de Christ ? Il est venu vers les Siens, et les Siens ne L’ont pas reçu. Quand Il a commencé Son ministère, Sa famille ne L’a pas suivi. Même Sa mère ne Le comprenait plus. Ses frères ne croyaient pas en Lui. Il a été persécuté, rejeté, incompris par Ses propres disciples, renié, et, à la fin, abandonné par tous. Les chefs politiques et religieux s’opposaient violemment à Lui. On L’a calomnié, on L’a accusé de chasser les démons par la puissance de Belzébuth. On L’a arrêté, on Lui a fait subir un jugement inique, et on a fini par le faire mourir de la mort la plus infamante, la mort de la croix.

 

Tout au long de l’Histoire, les disciples fidèles du Seigneur ont souvent dû subir les pires persécutions, et nombreux furent ceux qui sont morts martyrs. Aujourd’hui même, des centaines de milliers de Chrétiens, partout dans le monde, sont persécutés et meurent pour leur foi. Les Chrétiens de l’Eglise primitive ont régulièrement connu des périodes de terribles persécutions. Tous ceux qui avaient compris que c’était leur appel, et que le Seigneur était capable de les garder fidèles et de Se glorifier au travers de leurs souffrances, ont reçu la toute-puissante grâce de Dieu. C’est leur fidélité à la Vérité, et leur amour pour leur persécuteurs, qui ont pu toucher les coeurs les plus endurcis !

 

C’est ce qui permettait à Paul de proclamer avec hardiesse:

« Je me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous; et ce qui manque aux souffrances de Christ, je l’achève en ma chair, pour son corps, qui est l’Eglise » (Colossiens 1: 24).

 

Paul savait que lorsqu’un Chrétien est persécuté pour Christ, c’est Christ en lui qui est persécuté. Lorsque Christ était sur cette terre, Il n’avait donc pas encore connu toutes les persécutions qu’Il allait vivre au travers de tous les disciples qui allaient venir après Lui. Ce sont ces souffrances de Christ, qui Lui manquaient encore, que nous achevons maintenant dans notre chair. Mais nous devons savoir que ces souffrances ne sont pas inutiles. Nous les subissons pour l’Eglise, qui est le Corps de Christ.

 

En effet, toutes ces souffrances que nous devons subir pour Christ, quand nous les supportons avec l’Esprit de Christ, comme le Seigneur les a Lui-même supportées, sont des souffrances qui permettent de glorifier le Seigneur, et qui constituent aussi de puissants sujets d’encouragement pour tous les enfants de Dieu qui observent notre foi et notre persévérance. Le sang des martyrs a toujours été le ciment de l’Eglise !

 

Le même Paul écrit aux Corinthiens:

« Et il (Dieu) m’a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort » (2 Cor. 12: 9-10).

 

A cause de l’excellence des révélations que Paul avait reçues, et pour l’empêcher de s’enorgueillir, un ange de Satan avait été placé auprès de l’apôtre, dans le but de lui faire subir toutes sortes de calamités et de persécutions. Paul avait supplié Dieu de le délivrer de la présence de cet ange de Satan, mais le Seigneur a refusé par trois fois, en répondant à l’apôtre: « Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. »

 

Quelle leçon pour nous tous ! Certes, nous ne sommes pas destinés à recevoir des révélations comparables à celles de Paul, mais le principe spirituel reste le même pour nous aussi: la puissance de Dieu s’accomplira toujours dans notre faiblesse. Et quand sommes-nous dans la plus grande faiblesse, sinon lorsque nous sommes au milieu des persécutions, des calomnies, des calamités, des outrages et des détresses, POUR CHRIST ?

 

C’est pourquoi nous devons apprendre à nous réjouir lorsque nous sommes plongés dans de telles souffrances. Et Dieu Lui-même est prêt à nous faire participer à cette intense joie spirituelle qui résulte de notre compréhension que nous avons été jugés dignes de participer aux souffrances de notre merveilleux Sauveur et Seigneur !

 

Ces souffrances ont aussi un autre objectif essentiel: elles sont nécessaires pour nous élever à la perfection pratique. Voici ce qui est écrit de notre Seigneur:

« Il convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, élevât à la perfection par les souffrances le Prince de leur salut. Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d’un seul. C’est pourquoi il n’a pas honte de les appeler frères » (Hébreux 2: 10-11).

 

Jésus était déjà parfait en tout point. Mais il fallait que Sa perfection se manifeste concrètement. Et elle ne pouvait pleinement se manifester qu’au milieu des épreuves les plus difficiles. C’est par Ses souffrances intenses que le Prince de notre salut a été élevé à la perfection. C’est là qu’Il a été reconnu parfait. C’est là que tous ont pu reconnaître qu’il ne réagissait pas, au milieu des épreuves et des souffrances, comme réagissent les hommes ordinaires. Il a toujours réagi en Homme parfait !

 

Il doit en être de même pour tous ceux qui sont nés de nouveau, et qui ont appris à marcher par l’Esprit. Jésus nous a déjà rendus parfaits dans notre esprit régénéré. Il faut que nous puissions prouver concrètement notre perfection spirituelle, en réagissant comme le Seigneur Jésus, au milieu de nos épreuves, de nos tribulations et de nos souffrances. Nous ne pouvons le faire que par la foi en Celui qui vit en nous, et qui a toujours marché en Vainqueur en toutes circonstances.

 

Notre foi en la Personne et en l’oeuvre de Jésus-Christ se verra dans la manière dont nous nous comporterons au milieu des souffrances et des tribulations que nous sommes tous appelés à subir. C’est dans ces circonstances pénibles que tous verront, et nous-mêmes les premiers, si notre chair est réellement crucifiée et si nous marchons par l’esprit.

 

Quand nous sommes conduits par l’Esprit, nous considérons toujours comme une grâce de Dieu les diverses épreuves auxquelles nous pouvons être confrontés, et tout particulièrement les traitements injustes que nous devons subir.

 

« Car c’est une grâce que de supporter des afflictions par motif de conscience envers Dieu, quand on souffre injustement. En effet, quelle gloire y a-t-il à supporter de mauvais traitements pour avoir commis des fautes ? Mais si vous supportez la souffrance lorsque vous faites ce qui est bien, c’est une grâce devant Dieu. Et c’est à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces » (1 Pierre 2: 19-21).

 

Nous pouvons comprendre pour quelle raison le Seigneur a dit à l’apôtre Paul que Sa grâce lui suffisait ! C’est la grâce divine qui a permis à Paul de se réjouir au milieu de toutes les tribulations qu’Il a dû souffrir ! Certains apôtres modernes, adeptes de la doctrine de la prospérité, voyagent en jet privé et couchent dans des hôtels cinq étoiles.

 

Mais Paul, comparant sa vie à celle de ces faux apôtres, pouvait s’exclamer :

« Sont-ils ministres de Christ? -Je parle en homme qui extravague. -Je le suis plus encore: par les travaux, bien plus; par les coups, bien plus; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort, cinq fois j’ai reçu des Juifs quarante coups moins un, trois fois j’ai été battu de verges, une fois j’ai été lapidé, trois fois j’ai fait naufrage, j’ai passé un jour et une nuit dans l’abîme. Fréquemment en voyage, j’ai été en péril sur les fleuves, en péril de la part des brigands, en péril de la part de ceux de ma nation, en péril de la part des païens, en péril dans les villes, en péril dans les déserts, en péril sur la mer, en péril parmi les faux frères. J’ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité. Et, sans parler d’autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les Eglises. Qui est faible, que je ne sois faible? Qui vient à tomber, que je ne brûle? S’il faut se glorifier, c’est de ma faiblesse que je me glorifierai! » (2 Cor. 11: 23-30).

 

Paul ne parlait pas là d’une faiblesse charnelle, causée par le péché. Il parlait d’une faiblesse simplement humaine, semblable à la faiblesse de Jésus-Christ Homme, qui est resté muet comme une brebis devant ceux qui la tondent. C’est dans cette faiblesse que Dieu nous rend forts, de Sa force toute-puissante !

 

En outre, dans toutes ces épreuves et toutes ces souffrances, le Seigneur ne nous laissera jamais sans consolation !

 

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toutes nos afflictions, afin que, par la consolation dont nous sommes l’objet de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans quelque affliction ! Car, de même que les souffrances de Christ abondent en nous, de même notre consolation abonde par Christ. Si nous sommes affligés, c’est pour votre consolation et pour votre salut; si nous sommes consolés, c’est pour votre consolation, qui se réalise par la patience à supporter les mêmes souffrances que nous endurons. Et notre espérance à votre égard est ferme, parce que nous savons que, si vous avez part aux souffrances, vous avez part aussi à la consolation. Nous ne voulons pas, en effet, vous laisser ignorer, frères, au sujet de la tribulation qui nous est survenue en Asie, que nous avons été excessivement accablés, au delà de nos forces, de telle sorte que nous désespérions même de conserver la vie. Et nous regardions comme certain notre arrêt de mort, afin de ne pas placer notre confiance en nous-mêmes, mais de la placer en Dieu, qui ressuscite les morts. C’est lui qui nous a délivrés et qui nous délivrera d’une telle mort, lui de qui nous espérons qu’il nous délivrera encore, vous-mêmes aussi nous assistant de vos prières, afin que la grâce obtenue pour nous par plusieurs soit pour plusieurs une occasion de rendre grâces à notre sujet » (2 Cor. 1: 3-11).

 

Dieu nous consolera dans toutes nos souffrances, afin de nous permettre, nous aussi, de consoler tous ceux qui souffrent ! Et cette consolation se réalise par notre patience à tout supporter. Paul avait été tellement persécuté qu’il pensait même parfois qu’il lui faudrait passer par la mort, mais que Dieu le ressusciterait, car il savait que son oeuvre n’était pas terminée ! Quelle foi ! Et il savait aussi que la grâce qu’il obtenait de Dieu, en réponse à la prière des saints pour lui, serait pour beaucoup une occasion de rendre d’abondantes grâces à son sujet ! Nous sommes donc gagnants sur tous les tableaux ! A condition que nous comprenions la nécessité et le propos divin des souffrances que nous devons subir, pour Christ, et que nous les vivions dans l’esprit !

 

Nous ne devons jamais oublier que nos souffrances actuelles sont passagères, et qu’elles seront suivies par une gloire ineffable et éternelle !

 

« Car tout cela arrive à cause de vous, afin que la grâce en se multipliant, fasse abonder, à la gloire de Dieu, les actions de grâces d’un plus grand nombre. C’est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et lors même que notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour. Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au delà de toute mesure, un poids éternel de gloire, parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles » (2 Cor. 4: 15-18).

 

Quand nous contemplons la gloire future qui sera la nôtre, nos souffrances présentes seront mises dans leur juste perspective. Paul pouvait même considérer toutes ses détresses comme de « légères afflictions, » car il savait qu’elles n’étaient pas vaines, et qu’elles étaient en train de produire pour lui, au delà de toute mesure, un poids éternel de gloire ! Ce sont les choses invisibles et éternelles qui lui permettaient de supporter les choses visibles et passagères !

 

« Etant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, à qui nous devons d’avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu. Bien plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l’affliction produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance. Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos coeurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné » (Romains 5: 1-5).

 

Le grand salut que nous avons reçu en Jésus-Christ nous a donné la paix avec Dieu, au point que nous pouvons même nous glorifier de nos afflictions, parce que nous savons que l’affliction, lorsqu’elle est vécue ainsi dans la foi, produit la persévérance. A son tour, la persévérance produit la victoire dans l’épreuve, et la victoire l’espérance biblique, qui est la ferme conviction que Dieu nous rendra encore et toujours vainqueurs dans toutes nos futures épreuves ! Car nous savons que Dieu nous aime d’un amour éternel, et que Sa volonté pour notre vie est toujours bonne, agréable et parfaite !

 

Comment pourrions-nous donc être inquiets, et promener autour de nous des regards angoissés, lorsque nous traversons des épreuves et des afflictions? Si tel est le cas, c’est que nous n’avons pas encore compris que nous étions destinés à souffrir en Christ, en vue de la gloire à venir !

 

« Les prophètes, qui ont prophétisé touchant la grâce qui vous était réservée, ont fait de ce salut l’objet de leurs recherches et de leurs investigations, voulant sonder l’époque et les circonstances marquées par l’Esprit de Christ qui était en eux, et qui attestait d’avance les souffrances de Christ et la gloire dont elles seraient suivies. Il leur fut révélé que ce n’était pas pour eux-mêmes, mais pour vous, qu’ils étaient les dispensateurs de ces choses, que vous ont annoncées maintenant ceux qui vous ont prêché l’Evangile par le Saint-Esprit envoyé du ciel, et dans lesquelles les anges désirent plonger leurs regards. C’est pourquoi, ceignez les reins de votre entendement, soyez sobres, et ayez une entière espérance dans la grâce qui vous sera apportée, lorsque Jésus-Christ apparaîtra » (1 Pierre 1: 10-13).

 

Quelle était la grâce qui nous était réservée? C’était de savoir que nous devrions participer aux souffrances de Christ, en sortir vainqueurs, et entrer dans la gloire dont elles seraient suivies ! Nos yeux doivent donc rester fermement fixés sur ce qui va bientôt se passer, lorsque Jésus-Christ apparaîtra ! C’est la gloire à venir qui doit toujours nous motiver à ceindre les reins de notre entendement, c’est-à-dire à rester fermes dans la compréhension spirituelles du plan de Dieu pour nous !

 

Et le même Pierre ajoute plus loin:

 

« Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d’une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver. Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l’allégresse lorsque sa gloire apparaîtra. Si vous êtes outragés pour le nom de Christ, vous êtes heureux, parce que l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu, repose sur vous. Que nul de vous, en effet, ne souffre comme meurtrier, ou voleur, ou malfaiteur, ou comme s’ingérant dans les affaires d’autrui. Mais si quelqu’un souffre comme chrétien, qu’il n’en ait point honte, et que plutôt il glorifie Dieu à cause de ce nom. Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c’est par nous qu’il commence, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’Evangile de Dieu? Et si le juste se sauve avec peine, que deviendront l’impie et le pécheur? Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu remettent leurs âmes au fidèle Créateur, en faisant ce qui est bien » (1 Pierre 4: 12-19).

 

Ne soyons jamais surpris, bien-aimés, de la fournaise qui est au milieu de nous pour nous éprouver, afin que nous en ressortions purs comme l’or le plus pur !

 

Nous ne serons dans l’allégresse, lorsque Christ apparaîtra, que si nous savons nous réjouir maintenant d’avoir été jugés dignes d’avoir part aux souffrances de Christ ! Sachons que nous devrons souffrir selon la volonté de Dieu ! Remettons alors nos âmes au fidèle Créateur, en continuant à faire ce qui est bien !

 

Il y a donc des souffrances qui sont dans la volonté de Dieu pour nous, et d’autres qui n’en sont pas. Les souffrances qui ne sont pas dans la volonté de Dieu pour nous, répétons-le, sont les souffrances qui résultent de notre désobéissance, ou de péchés non confessés et non abandonnés, celles qui sont provoquées par la chair quand nous nous livrons à elle, ou celles qui accompagnent les maladies et les infirmités.

 

Le Seigneur Jésus S’est chargé sur la croix de toutes ces souffrances liées à la chute ! Il veut donc toujours nous en délivrer, et nous ne devons jamais les accepter comme étant la volonté de Dieu pour nous. Ces souffrances ne sont jamais purificatrices. Elles sont diaboliques et dégradantes. Nous devons simplement nous repentir de nos péchés, les abandonner, et apprendre à marcher par l’esprit.

 

Tandis que, si nous souffrons comme Chrétiens, nous n’avons jamais à en avoir honte. Mais nous devons plutôt considérer cela comme une occasion de glorifier Dieu, à cause du Nom de Jésus ! N’oublions jamais que c’est au milieu de ces souffrances que l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu, reposera sur nous avec le plus de puissance !

 

Supportons donc ces justes souffrances avec courage !

 

« Mais toi, sois sobre en toutes choses, supporte les souffrances, fais l’oeuvre d’un évangéliste, remplis bien ton ministère » (2 Tim. 4: 5).

 

N’oublions pas qu’en Christ, Dieu nous a déjà rendus capables de réagir dans nos souffrances comme Christ a réagi dans les Siennes. Nous pourrons donc suivre ces conseils de l’apôtre Paul :

 

« Nous ne donnons aucun sujet de scandale en quoi que ce soit, afin que le ministère ne soit pas un objet de blâme. Mais nous nous rendons à tous égards recommandables, comme serviteurs de Dieu, par beaucoup de patience dans les tribulations, dans les calamités, dans les détresses, sous les coups, dans les prisons, dans les troubles, dans les travaux, dans les veilles, dans les jeûnes; par la pureté, par la connaissance, par la longanimité, par la bonté, par un esprit saint, par une charité sincère, par la parole de vérité, par la puissance de Dieu, par les armes offensives et défensives de la justice; au milieu de la gloire et de l’ignominie, au milieu de la mauvaise et de la bonne réputation; étant regardés comme imposteurs, quoique véridiques; comme inconnus, quoique bien connus; comme mourants, et voici nous vivons; comme châtiés, quoique non mis à mort; comme attristés, et nous sommes toujours joyeux; comme pauvres, et nous en enrichissons plusieurs; comme n’ayant rien, et nous possédons toutes choses » (2 Cor. 6: 3-10).

 

Manifestement, quand nous nous comportons comme il est décrit ici, les hommes de ce monde ne peuvent que reconnaître que nous avons reçu quelque chose qu’ils n’ont pas, et qu’il leur est impossible d’avoir ! Tous ceux qui cherchent la Lumière ne pourront qu’être attirés par cette Lumière de Christ qui brillera dans notre vie !

 

Nous serons également un sujet de consolation pour tous les frères et soeurs en Christ qui apprendront de quelle manière nous nous sommes comportés dans nos épreuves, et quel témoignage digne du Seigneur nous avons donné !

 

« C’est pourquoi, impatients que nous étions, et nous décidant à rester seuls à Athènes, nous envoyâmes Timothée, notre frère, ministre de Dieu dans l’Evangile de Christ, pour vous affermir et vous exhorter au sujet de votre foi, afin que personne ne fût ébranlé au milieu des tribulations présentes; car vous savez vous-mêmes que nous sommes destinés à cela. Et lorsque nous étions auprès de vous, nous vous annoncions d’avance que nous serions exposés à des tribulations, comme cela est arrivé, et comme vous le savez. Ainsi, dans mon impatience, j’envoyai m’informer de votre foi, dans la crainte que le tentateur ne vous eût tentés, et que nous n’eussions travaillé en vain. Mais Timothée, récemment arrivé ici de chez vous, nous a donné de bonnes nouvelles de votre foi et de votre charité, et nous a dit que vous avez toujours de nous un bon souvenir, désirant nous voir comme nous désirons aussi vous voir. En conséquence, frères, au milieu de toutes nos calamités et de nos tribulations, nous avons été consolés à votre sujet, à cause de votre foi. Car maintenant nous vivons, puisque vous demeurez fermes dans le Seigneur » (1 Thess. 3: 1-8).

 

N’oublions pas, frères et soeurs, que beaucoup de témoins nous observent, et que nous pouvons être un puissant sujet d’encouragement et de consolation pour eux, si nous laissons le Seigneur faire Son oeuvre en nous, pour nous rendre capables de souffrir avec joie et de rester fermes dans la foi !

 

Puissent tous ces témoins dire de nous ce que Paul pouvait dire des Thessaloniciens:

 

« Nous devons à votre sujet, frères, rendre continuellement grâces à Dieu, comme cela est juste, parce que votre foi fait de grands progrès, et que la charité de chacun de vous tous à l’égard des autres augmente de plus en plus. Aussi nous glorifions-nous de vous dans les Eglises de Dieu, à cause de votre persévérance et de votre foi au milieu de toutes vos persécutions et des tribulations que vous avez à supporter. C’est une preuve du juste jugement de Dieu, pour que vous soyez jugés dignes du royaume de Dieu, pour lequel vous souffrez. Car il est de la justice de Dieu de rendre l’affliction à ceux qui vous affligent, et de vous donner, à vous qui êtes affligés, du repos avec nous, lorsque le Seigneur Jésus apparaîtra du ciel avec les anges de sa puissance, au milieu d’une flamme de feu, pour punir ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n’obéissent pas à l’Evangile de notre Seigneur Jésus. Ils auront pour châtiment une ruine éternelle, loin de la face du Seigneur et de la gloire de sa force, lorsqu’il viendra pour être, en ce jour-là, glorifié dans ses saints et admiré dans tous ceux qui auront cru, car notre témoignage auprès de vous a été cru. C’est pourquoi aussi nous prions continuellement pour vous, afin que notre Dieu vous juge dignes de la vocation, et qu’il accomplisse par sa puissance tous les desseins bienveillants de sa bonté, et l’oeuvre de votre foi, pour que le nom de notre Seigneur Jésus soit glorifié en vous, et que vous soyez glorifiés en lui, selon la grâce de notre Dieu et du Seigneur Jésus-Christ » (2 Thess. 1: 3-12).

 

En conclusion, n’oublions jamais les propres paroles du Seigneur, qui sont les derniers conseils qu’Il a laissés à Ses disciples avant d’aller à la croix :

 

« Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde » (Jean 16: 33).

 

Prenons toujours courage en Jésus-Christ, bien-aimés ! Il a vaincu le monde ! Si le monde nous afflige et nous fait subir des tribulations, sachons que notre Seigneur a vaincu le monde, que nous sommes en Christ, et qu’Il est en nous ! Nous serons toujours plus que vainqueurs par Celui qui nous a tant aimés ! Et la gloire à venir n’a jamais été aussi proche de nous !



Auteur : Henri VIAUD-MURAT
http://www.nycodem.net

Partager cette page

Repost 0
Published by