Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Cacahouete
  • : Pour tous les amoureux de Jésus; pour tous ceux qui ont la foi; pour tous ceux qui croient en la vie éternelle; pour tous ceux qui attendent le retour de Jésus; pour tous ceux qui louent, adorent et prient Dieu; pour tous ceux qui aiment écrire.
  • Contact

Mes amis et mes proches

H-lo-se-21-mois-vend-e.jpg Cacahouète

C-leste-2.jpg  Céleste
Oscar-2.jpg Oscar
PAPA-ET-MAMAN.jpg Mamie-si et Papy-ri 
P1010011-copie-1.jpg Uriane
 Mamie et Papou
WILY-ET-VERO.jpg Wily et Véro
MARTINE--.jpg Martine
AURORE.jpg Aurore
 Maryvonne et Joselin
P1010131.jpg Evelyne et Claude
PHILIPPE-ET-CHRISTELLE.jpg Christelle et Philippe
Francoise-Eline-Armelle-Fr-d-ric-et-Astrid-2.jpg Fred, Françoise, Astrid et Armelle
 LYDIE-MARIE.jpg  Lydie-Marie
Photos-364-V2.jpgGrace et Jon
NATHALIE-ET-LAURENT.jpg Nathalie et Laurent
Jean-Fran-ois-2.jpg Jeff
 Armelle
CLOTILDE-ET-DAVID.jpg Clotilde et David
ISABELLE-ET-ERIC.jpg Isabelle et Eric
ISABELLE-ET-GUILLAUME429.jpg Isabelle et Guillaume
P1010130-copie-1.jpg Nicole
P1030721.jpg Marianna, Andon and Co
VIRGINIE.jpg Virginie
N3388.jpg Roxane et Fred
Photo-037---2.jpg Jacques
Photo-040.jpg Elisa

Les Enseignements De Dieu

Ma musique

NOUVEAUTÉS - Lumière du Monde

Luc Dumont "Lumière du Monde"

 

 
Paul Baloche "Ouvre les yeux de mon coeur"

 
Brian Doersken "Live in Europe"

 
Luc Dumont "Live"

 
Embrase nos coeurs 2009

 
Stéphane Quéry "L'Espoir d'une génération"

 
Third Day "Everywhere you are"

 
Israël New Breed " Live a deeper level"

 
Luc Dumont "Live 2 Je peux tout"

41suwsvGXEL SL160 AA115 
U2 "Best Of 1980-2000"

Mes livres

    
La Bible d'étude "Esprit et Vie"

 

John Bunyan "Le voyage du pélerin"

      
Manga "Le Messie"

51-8S7qjoAL__SL160_AA115_.jpg
Manga "La Métamorphose"

    
Patrick Fontaine "L'Esprit de la promesse"

     miniature.jpg
Loren Cunningham et David Hamilton
 "Et pourquoi pas les femmes"

    
David Wilkerson "La croix et le poignard"

    
Bob Gosset "Le fruit de nos paroles"

     book3.gif
Patrick Fontaine "Aux armes citoyens"

     john-bevere.jpg
John Bevere
"Comment réagir quand vous êtes maltraités"

     bob-gass.jpg
Bob Gass "Sa parole pour aujourd'hui"

51CzG9d5u8L__SL160_AA115_.jpg
Alain Auderset "Marcel"

51iaEjrBOlL__SL160_AA115_.jpg
Alain Auderset "Idées reçues"

61zvTn8yk3L SL160 AA115
Alain Auderset "Robi"

51GRPP2H78L__SL500_AA240_.jpg
Georges Dawson "Life is so good"


Luis Sepulveda
"Le vieux qui lisait des romans d'amour"


Katherine Pancrol "Les yeux jaunes de crocodiles"


Katherine Pancrol "La valse lente des tortues"

 

 

Katherine Pancrol

"Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi"

 

Détails sur le produit

Mary Ann Shaffer, Annie Barrows et Aline Azoulay-Pavcon

"Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates"


Myrielle Marc "Orfenor tome 1 - Natalène"


Myrielle Marc "Orfenor tome 2 - Tristan"


Eran Kroband "Petite plume"


Pierre Péju "La petite chartreuse"

gavalda.jpg
Anna Gavalda "Ensemble c'est tout"

le-prince.jpg
Antoine de Saint-Exupéry "Le petit prince"

Mes films et DVD


     "La petite maison dans la prairie"


     "Joséphine ange gardien"


     "Gilmore girls"

    133_172440.jpg
    "Les routes du paradis"

51oQUjzl3vL__SL160_AA115_.jpg
    "Forest Gump"

41puosrsNbL__SL160_AA115_.jpg
     "Platoon"

51DVJ72JY9L__SL160_AA115_.jpg
     "The Rose"
/ / /

 

 

Chapitre 15 : « C’est parti pour la vie… » par Michèle

 

 

  En ouvrant la porte de l’atelier de Monsieur Le Kerguerrec, le pitchoune qui babillait s’arrête net tant il est impressionné par le pesant silence qui y règne. Blotti contre sa maman, et serrant très fort la main de Paulo, son cri résonne comme une déchirure dans le local :

-  Papaaa ! Qu’est ce qui se passe ici ? J’ai peur. Y’a aucun bruit !…

-  Té, tu as raison fiston. On dirait qu’il n’y a plus âme qui vive ici. Eh y’a quelqu’un ?

 

Seul le lourd silence lui revient en écho. Paulo s’approche alors de sa Fadette, prostrée, qui lui semble soudainement bien trop calme. Il la touche, elle ne bouge pas et ne réagit pas. Il se tourne alors vers Célestine qui demeure tout autant de marbre. Rosette, Artichounette semblent également dans un état d’engourdissement profond. De même que les tabourets Loïc et Pierrick. Seul le « nouveau » fauteuil à bascule émet une plainte douloureuse, oscillant de l’avant vers l’arrière, mû par les étirements d’un chat endormi sur le coussin posé sur son assise…

 

Ils semblent tous sonnés. Paulo l’ignore mais ce sont les derniers mots de Célestine qui résonnent douloureusement en eux :

« … Maintenant, je peux mourir… après avoir vécu le bonheur extrême… d’avoir retrouvé mes moitiés ».

 

Célestine, leur sœur allait mourir… La sève de leur bois s’est figée tout net et ils restent tous pétrifiés. Seule la douce respiration de Lucifer donne une illusion de vie à Salvatore…

 

Paulo, ne sait rien de tout cela et est fort inquiet. Il se tourne vers Fanny et chuchote afin que le pitchoune n’entende pas :

-  Je crois qu’il est arrivé malheur par ici. Plus rien ne vit… Vé, nos filles sont devenues muettes… On dirait qu’elles sont « mortes ». Et même leurs collègues. Regarde, ils sont tous comme vidés de vie…

 

Il tente à nouveau de communiquer avec eux, mais sans aucun succès. Une sourde douleur monte en lui. Des larmes commencent à se nouer au fond de sa gorge. Il crie à nouveau d’une voix étranglée :

-  Mais bon sang de bois, y’a personne dans ce maudit atelier ? Le Kerguerrec ? Où êtes-vous ?

Attiré par les cris, le druide déboule subitement comme une furie dans l’atelier…. Paulo à peine « soulagé » le dévisage et lui demande sur un ton très énervé :

-  Mais, qu’est-ce qui se passe ici ? Qu’est ce que vous leur avez fait ? Tout a l’air mort !… Alors ? Répondez-moi, mon Dieu ! 

 

Monsieur Le Kerguerrec, hirsute et débraillé est atterré. Lui non plus ne comprend pas pourquoi l’ambiance est devenue soudainement si lourde et « calme ». Il enchaîne d’une voix défaite et abattue :

-  Oh mon Dieu ! Mais qu’est-il arrivé ? Tout semblait pourtant aller très bien… Je les tous ai laissés en début d’après-midi pour aller me reposer. Je n’ai rien entendu, même pas le bruit de votre camping-car, jusqu’à ce que vous m’appeliez. Je ne comprends pas du tout. Vous savez je me suis très bien occupé d’eux et je ne sais pas pourquoi tout semble être parti « en quenouille »…

-  Dis Pa’, c’est quoi une « quenouille » ? demande le pitchoune dans l’indifférence totale.

Paulo trop inquiet, continue à l’encontre du druide :

-  Mais vous n’avez pas la moindre idée de ce qui a pu se produire ?

-  Non absolument pas !... Sauf…

-  Sauf quoi ? l’interrompt alors nerveusement Paulo.

-   Allons, allons… Restez calmes. Oui, je disais donc… Sauf que j’ai remarqué que les « choses » ont un peu changé depuis que Salvatore et Lucifer sont arrivés dans l’atelier.

-  Mais de quoi parlez-vous encore ? interroge Paulo de plus en plus excédé.

-  Oh, c’est vrai, dans toute cette confusion, j’ai oublié de vous présenter Salvatore, le fauteuil à bascule et Lucifer, son fidèle compagnon.

Paulo s’approche alors de Salvatore qui semble être le seul à avoir encore un soupçon de vie en lui. Il pousse Lucifer que le pitchoune commence à câliner. Il l’observe et s’écrie subitement :

- Le Kerguerrec, j’ai trouvé ! Regardez ! Il y a une croix à l’intérieur de son pied droit avant, comme les chaises sœurs… Ils ont la même marque de fabrique…  

-  Oui, je l’ai remarqué moi aussi. C’est vrai qu’il y avait une certaine effervescence ce matin. Fadette était toute fofolle et  bégayait. J’ignore pourquoi, depuis, tout le monde s’est tu. Ecoutez, de toute manière, il ne faut pas s’inquiéter, on va bien finir par percer le mystère….

 

Sur ces paroles, il se tourne et se dirige vers un petit meuble très ancien, un scriban. Il l’ouvre et sort un vieux grimoire poussiéreux d’un tiroir secret. Il le feuillette nerveusement et s’arrête tout net sur une page emplie de signes. Il a l’air satisfait et dit en regardant Paulo et sa famille :

-  Je crois que j’ai trouvé. Voici une incantation destinée à réveiller les objets et les âmes « endormies » ou trop anéanties par la peine.

 

Il tend ses bras vers l’avant, paumes de main ouvertes vers le ciel. Il semble entrer en transe et prononce à haute voix des paroles incompréhensibles, sur un ton lancinant :

« Ghe'phnglui, mglow'ngh ghee-yh, Yibb-Tstll,Fhtagn mglow y'tlette ngh'wgah,

Yibb-Tstll,Ghe'phnglui mglw-ngh ahkobhg'shg, Yibb-Tstll ;

THABAITE ! - YIBB-TSTLL, YIBB-TSTLL, YIBB-TSTLL ! »

 

Ebahi, le pitchoune se serre davantage contre Fanny qui regarde, incrédule, cette scène inimaginable… Elle se tourne vers Paulo qui semble lui aussi complètement éberlué… Subitement, un courant d’air glacial parcourt tout le local, immédiatement suivi d’une vague de chaleur intense… Monsieur le Kerguerrec, se « réveille » alors et porte tout autour de lui un regard étonné… On entend des bruits de bois qui craque, de paille qui se fendille…

 

Artichounette, Célestine, Fadette, Loïc, Pierrick, Rosette et Salvatore commencent à reprendre vie. Chacun semble émerger d’un long sommeil et regarde d’un « bois pâteux » son voisin. Les conversations fusent dans tous les sens. Fadette, clame à la cantonade :

- Eh les filles ! Vous allez bien ? Et vous les garçons ? Oh Célest ? Tu dors encore ? Allez, réveille-toi…

-  Mouais… Je suis encore toute estourbie comme si j’avais dormi un peu trop. Vous aussi, vous avez l’air bizarres,  non ?

-  Oui, écoute je sais pas bien ce qui s’est passé, mais on a tous des têtes de bois desséché… Les humains, appellent ça « la gueule de bois », je crois.

-  ….

 

Paulo a retrouvé son sourire. Après avoir longuement discuté avec Monsieur Le Kerguerrec autour d’un verre de cidre, il s’adresse à tous ses enfants, sous l’oeil amusé de Fanny et leur pitchoune qui est resté collé à Lucifer.

-  Voilà, mes petits. Le druide, votre Sauveur, accepte que vous veniez tous avec nous dans le Sud, y compris vos nouveaux compagnons Salvatore et Lucifer. Le camping car est petit mais vous vous serrerez un peu…

 

Il attrape alors un à un tout son petit monde qui s’entasse dans l’étroit habitacle… Un dernier regard pour cette Bretagne magique et envoûtante et les voilà partis en route vers le Sud…

 

Dans le camping-car règne une ambiance de joie retrouvée. Les sœurs se taillent des bavettes interminables, pendant que les tabourets racontent leurs divers périples à Salvatore qui semble enchanté d’avoir trouvé une si belle famille…

 

Au bout de quelques jours de balade, le camping-car stoppe dans un curieux endroit qui a un air de déjà-vu pour la plupart d’entre eux… Rosette est toute émoustillée et interpelle tout le monde :

-  Oh Célest ? Tu dors encore… Mais c’est pas possible ça ! Et toi, Fadette, réveille-toi, secoue-toi ! Allez Artichounette, s’il te plaît, remue-toi… Je crois qu’on est arrivés. Regardez où on est…

-  Non, je rêve ? s’exclame Célestine

-  Eh bé non, frangine, tu as bien les barreaux en face de l’assise…, lui répond Fadette.

-  Mais… Mais… Mais…. On est devant notre troquet sur le vieux port en face du « Ferry Beau-ate »… Et mince je sais toujours pas comment ça se prononce…

Les filles poussent des « Youpi ! » et des « Hourrah ! » de satisfaction… Elles semblent toutes revigorées et ravies de retrouver leur tout premier patron Jeannot… Mais Loïc, Pierrick et Salvatore sont plus réservés. Ils ne sont jamais venus dans ce coin…

 

Paulo ouvre le camping-car et commence à descendre tous ses enfants. Très doucement il murmure un mot à chacun d’entre eux, ce qui semble leur faire le plus grand bien, car ils poussent à tour de rôle un « ouf ! » de bord de leur assise. Quand ils sont tous sur la terrasse du café de Jeannot, il leur annonce solennellement :

-  Nous voilà arrivés à la fin de notre voyage… Ne vous inquiétez pas… Je vous connais bien et je vois que vous craignez encore d’être séparés une fois de plus…. Non, Fanny et moi, avons acheté le bistrot de Jeannot. Alors, on reste tous ENSEMBLE… Et puis j’ai encore une surprise pour vous… Regardez au-dessus de vous…

 

A cet instant, Paulo, Fanny, le pitchoune, sept assises de bois, et un chat se tournent vers le haut et admirent émus une enseigne flambante neuve. Sur la gauche est incrusté un dessin représentant un soleil entouré de quatre chaises, deux tabourets, un fauteuil à bascule et un chat. Sur la droite, une belle inscription en lettres d’or que Paulo lit avec émotion : « Chez Céfarosart et Perlosaluc - Bar de l’Amitié »…

 

A suivre ... fin de l'histoire la semaine prochaine

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by