Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Cacahouete
  • : Pour tous les amoureux de Jésus; pour tous ceux qui ont la foi; pour tous ceux qui croient en la vie éternelle; pour tous ceux qui attendent le retour de Jésus; pour tous ceux qui louent, adorent et prient Dieu; pour tous ceux qui aiment écrire.
  • Contact

Mes amis et mes proches

H-lo-se-21-mois-vend-e.jpg Cacahouète

C-leste-2.jpg  Céleste
Oscar-2.jpg Oscar
PAPA-ET-MAMAN.jpg Mamie-si et Papy-ri 
P1010011-copie-1.jpg Uriane
 Mamie et Papou
WILY-ET-VERO.jpg Wily et Véro
MARTINE--.jpg Martine
AURORE.jpg Aurore
 Maryvonne et Joselin
P1010131.jpg Evelyne et Claude
PHILIPPE-ET-CHRISTELLE.jpg Christelle et Philippe
Francoise-Eline-Armelle-Fr-d-ric-et-Astrid-2.jpg Fred, Françoise, Astrid et Armelle
 LYDIE-MARIE.jpg  Lydie-Marie
Photos-364-V2.jpgGrace et Jon
NATHALIE-ET-LAURENT.jpg Nathalie et Laurent
Jean-Fran-ois-2.jpg Jeff
 Armelle
CLOTILDE-ET-DAVID.jpg Clotilde et David
ISABELLE-ET-ERIC.jpg Isabelle et Eric
ISABELLE-ET-GUILLAUME429.jpg Isabelle et Guillaume
P1010130-copie-1.jpg Nicole
P1030721.jpg Marianna, Andon and Co
VIRGINIE.jpg Virginie
N3388.jpg Roxane et Fred
Photo-037---2.jpg Jacques
Photo-040.jpg Elisa

Les Enseignements De Dieu

Ma musique

NOUVEAUTÉS - Lumière du Monde

Luc Dumont "Lumière du Monde"

 

 
Paul Baloche "Ouvre les yeux de mon coeur"

 
Brian Doersken "Live in Europe"

 
Luc Dumont "Live"

 
Embrase nos coeurs 2009

 
Stéphane Quéry "L'Espoir d'une génération"

 
Third Day "Everywhere you are"

 
Israël New Breed " Live a deeper level"

 
Luc Dumont "Live 2 Je peux tout"

41suwsvGXEL SL160 AA115 
U2 "Best Of 1980-2000"

Mes livres

    
La Bible d'étude "Esprit et Vie"

 

John Bunyan "Le voyage du pélerin"

      
Manga "Le Messie"

51-8S7qjoAL__SL160_AA115_.jpg
Manga "La Métamorphose"

    
Patrick Fontaine "L'Esprit de la promesse"

     miniature.jpg
Loren Cunningham et David Hamilton
 "Et pourquoi pas les femmes"

    
David Wilkerson "La croix et le poignard"

    
Bob Gosset "Le fruit de nos paroles"

     book3.gif
Patrick Fontaine "Aux armes citoyens"

     john-bevere.jpg
John Bevere
"Comment réagir quand vous êtes maltraités"

     bob-gass.jpg
Bob Gass "Sa parole pour aujourd'hui"

51CzG9d5u8L__SL160_AA115_.jpg
Alain Auderset "Marcel"

51iaEjrBOlL__SL160_AA115_.jpg
Alain Auderset "Idées reçues"

61zvTn8yk3L SL160 AA115
Alain Auderset "Robi"

51GRPP2H78L__SL500_AA240_.jpg
Georges Dawson "Life is so good"


Luis Sepulveda
"Le vieux qui lisait des romans d'amour"


Katherine Pancrol "Les yeux jaunes de crocodiles"


Katherine Pancrol "La valse lente des tortues"

 

 

Katherine Pancrol

"Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi"

 

Détails sur le produit

Mary Ann Shaffer, Annie Barrows et Aline Azoulay-Pavcon

"Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates"


Myrielle Marc "Orfenor tome 1 - Natalène"


Myrielle Marc "Orfenor tome 2 - Tristan"


Eran Kroband "Petite plume"


Pierre Péju "La petite chartreuse"

gavalda.jpg
Anna Gavalda "Ensemble c'est tout"

le-prince.jpg
Antoine de Saint-Exupéry "Le petit prince"

Mes films et DVD


     "La petite maison dans la prairie"


     "Joséphine ange gardien"


     "Gilmore girls"

    133_172440.jpg
    "Les routes du paradis"

51oQUjzl3vL__SL160_AA115_.jpg
    "Forest Gump"

41puosrsNbL__SL160_AA115_.jpg
     "Platoon"

51DVJ72JY9L__SL160_AA115_.jpg
     "The Rose"
/ / /

 

 

Chapitre 5 : « Amitiés sans frontières » par Cacahouète

 

 

Zelda était partie … Sa Belle de Nuit s’était envolée au bras d’un jeune militaire, éperdu d’amour ; de tous les prétendants qui se pressaient devant la scène tous les soirs et qui la courtisaient outrageusement, seul le jeune homme avait su toucher le cœur de la belle étrangère. Ils avaient l’air heureux tous les deux et Rosette, malgré sa tristesse, n’avait pu que leur souhaiter « tout le bonheur du monde » … On ne lutte pas contre les sentiments.

Zelda disparue, la petite chaise se retrouvait désormais au fond d’une loge ; oh non, elle n’était pas mal installée, mais cette vie, elle ne ressemblait en rien à celle d’avant, celle des strass et des paillettes, celle du succès et de la gloire. Du fond de sa loge, elle en voyait pourtant passer du monde ! D’autres belles de nuit, des maquilleuses, des coiffeuses, des habilleuses, des couturières … La vie de cabaret, c’était aussi derrière le rideau. Malgré toute cette effervescence, tout ce remue-ménage d’avant spectacle, Rosette se sentait seule, Rosette se sentait triste. Depuis le départ de Zelda, une part d’elle s’était éteinte. Personne ne faisait plus vraiment attention à elle désormais ; son dossier était sans cesse recouvert de boas, de foulards et autres apparats de scène , son assise servait à poser escarpins, perruques ou chapeaux … Le temps passait et Rosette se sentait vide. Elle n’espérait pas grand-chose ; un regard, un sourire, une gentille attention, une main douce sur son dossier … mais ce n’était qu’un petit tas de bois après tout, pourquoi s’intéresserait-on à elle plus qu’à une autre ? Elle avait eu tant de chance jusqu’à présent…

Pourtant, du fond de sa loge, sous sa pile de vêtements, Rosette se surprit, un matin, à sourire en se remémorant ces jeunes années au côté de ses trois inséparables amies ; les deux « pépettes du sud », comme elle aimait à les appeler : la Fadette et la Célestine, pétillantes et pimentées, joyeuses et rayonnantes ; il y avait aussi Artichounette, secrète et mystérieuse, attachante et sensible, une âme poète, s’il en est pour une chaise !... Rosette quant à elle venait de Bretagne, d’une toute petite ville perdue au creux des vagues, baignée par les embruns, où les gens ne parlaient pas beaucoup.

Qu’elles étaient heureuses en ce temps-là … Avant de mener, chacune, leur vie de chaise, elles avaient passé quelques folles années ; elles s’étaient rencontrées au pensionnat « Les Quatre Pieds », années durant lesquelles la « Sœur Barreau » avait vainement tenté de leur inculquer les bonnes manières de siège, éducation destinée aux chaises de bonne famille, celles qui feraient, un jour, leur entrée dans le grand monde … Ce qu’elles pouvaient rigoler toutes les quatre … Elles faisaient la désolation de leur tutrice … Les fées s’étaient très probablement trompées en se penchant sur leurs arbrisseaux … Ces quatre-là n’étaient certainement pas destinées à mener la vie de château !!! Elles étaient simples, elles étaient gaies et joyeuses, espiègles et coquines ; elles faisaient les quatre cent coups … De véritables gallinettes !

Elles s’étaient ensuite toutes les quatre retrouvées dans la pays des « pépettes », dans un charmant bistrot marseillais, situé sur une jolie place ensoleillée, égaillé par le doux chant des cigales, embaumé par l’agréable parfum du pastis et du savon ; autre lieu, autre bonheur où mille et une personnes avaient usé leurs fonds de culottes sur leurs délicates assises, à siroter leur limonade, à taper le carton, à reluquer les jupes des filles, à siester au soleil, à refaire le monde …

Comment oublier une telle complicité ? Avant d’être séparées, elles avaient fait un pacte ; elles s’étaient promis de se retrouver un jour afin de réaliser leur rêve : finir leurs jours paisiblement toutes les quatre ensemble dans l’un de ces petits troquets du sud de la France, au soleil, TRAAANNNQQUILLEES !

Chacune avait scellé cette amitié en entaillant légèrement son bois jeune et tendre d’une petite croix, fine ciselure située au dessous de leur pied droit, celui du devant, invisible pour un œil nu et non averti !

Et puis, l’heure de la séparation est venue, cruelle et déchirante ; mais, ces quatre petites sœurs de bois n’étaient pas sans le savoir et c’est avec un grand courage qu’elles s’étaient éloignées les unes des autres pour suivre leur route. La Célestine et la Fadette étaient restées dans le Sud, la première adoptée par

 

l’Emile et la seconde par le Paulo. Rosette recevait de temps à autre quelques nouvelles des deux « pépettes

» par l’intermédiaire de son « réseau » de piliers de bars et de comptoirs ! Toujours utile d’entretenir de bonnes relations, même avec d’indécrottables saoulards ! Artichounette n’avait, quant à elle, jamais plus donné de nouvelles ; mais Rosette le sentait, elle allait bien et coulait des jours heureux, quelque part … peut-être était-elle même maman de charmants petits tabourets ? Qui sait ?

Rosette sentit un petit nœud au creux de son dossier … penser à ses amies si loin d’elle lui mettait le blues. Mais Rosette était courageuse ; elle ravala ses sanglots et décida de se concentrer sur ce qui se passait autour d’elle …

C’était l’effervescence dans cette loge aujourd’hui … encore plus que d’habitude. Que se passait-il donc ? Rosette tendit ses petits barreaux afin d’attraper quelques bribes d’informations … « livraison spéciale » … « sud de la France » … « pays des cigales » … « retraite au soleil » … Elle ne comprenait rien !! Ces maudits humains ne peuvent donc t-ils pas s’exprimer clairement et simplement !!!

Le tas de vêtements qui l’empêchait de bien entendre, et, pour dire vrai, l’étouffait un peu, fut brutalement expédié à terre ! Rosette se sentit enfin libre ; depuis quelques jours, elle ne se sentait plus l’âme d’une chaise mais plutôt celle d’un portemanteau, beau métier au demeurant, mais certainement pas celui qui lui convenait !

Des chatouillis et des guili-guili la firent se tordre de rire pendant quelques instants … Qui donc lui frottait le dossier de cette façon ? Un visage rougeaud, mais sympathique, se pencha vers elle : « Allez ma belle, c’est l’heure de la retraite pour toi et tes copines ! » …

Rosette fut empoignée de manière peu cavalière par cet homme - Marius, c’était son nom - au visage rougeaud, mais sympathique et se retrouva les « quatre fers en l’air » (comme on dit en Bretagne), ainsi qu’une dizaine de ses collègues, dans une camionnette blanche et bleue, (oh, les couleur de l’OM, songea t-elle !). « Transports Antonelli », c’est ce qui était inscrit sur les portières.

« Allez mes cocottes, adieu la vie de fadas de la capitale et en route pour le soleil ! ».

Sans trop comprendre ce qui lui arrivait, Rosette sentit, à cet instant, que le destin lui réservait de nouveau, une bien jolie surprise …

 

 

A suivre ...

 


Partager cette page

Repost 0
Published by